Des Zimbabwéennes vendues comme épouses en Afrique du Sud

Des Zimbabwéennes vendues comme épouses en Afrique du Sud

Des contrebandiers forcent les femmes à se prostituer ou vendent ces dernières pour payer leur sortie du Zimbabwe. C’est ce que révèle la chaîne SkyNews dans l’une de ses investigations. Un grand nombre de personnes franchissent illégalement la frontière pour rentrer en Afrique du Sud. La plupart sont des femmes vendues à des Sud-africains

Il ne fait l’ombre d’aucun doute que beaucoup de Zimbabwéens fuient en grand nombre le régime de plus en plus répressif de Robert Mugabe.

Selon un ancien agent de contrôle de la frontière sud-africaine cité par SkyNews, les traversées de frontière en direction de l’Afrique du Sud avait augmenté de 35% récemment. Pendant ce temps, on compte par centaine, les immigrants illégaux qui passent chaque jour. La plupart de ces immigrants qui entrent en Afrique du Sud traversent la rivière Limpopo, qui est la plupart du temps une piste poussiéreuse en raison d’une sécheresse sévère. 

La clôture de la frontière – qui était autrefois électrifiée et soutenue par des gardes armées à la frontière – est maintenant rouillée et ériger à peine dans de nombreux domaines. Quelques gardes-frontières étaient aperçus de chaque côté et ceux visibles semblaient être peu soucieux de l’énorme trafic illégal des personnes et des biens. 

En réalité, tous les Zimbabwéens ne restent pas en Afrique du Sud voisine. Beaucoup utilisent le passage pour acheter et prendre des articles ménagers, des fruits, des légumes et d’autres produits qui sont beaucoup moins chers et abondants en Afrique du Sud en raison de la crise économique au Zimbabwe.

Le gouvernement zimbabwéen a introduit de nouvelles lois pour essayer d’arrêter ce flux, mais ceci a conduit beaucoup de personnes à éviter les points de passage frontaliers officiels de peur que leurs biens soient confisqués.

Par contre, d’autres Zimbabwéens rentrent en Afrique du Sud à la recherche d’un emploi, n’importe lequel. Le taux de chômage au Zimbabwe est endémique et, récemment, une répression du gouvernement contre les critiques a énervé les citoyens.

Au cours des dernières semaines, le régime a fait voter de nouvelles lois qui permettent aux autorités de saisir les téléphones mobiles et les ordinateurs portables; surveiller les communications privées ; interrompre le service. Les contrevenants sont punis d’une peine de cinq ans d’emprisonnement.

Plusieurs considèrent ces mesures comme une tentative d’étouffement de la dissidence au sein de la fragile majorité présidentielle confrontée aux grèves exigeant la démission de Robert Mugabe (92 ans).

Ces Zimbabwéens qui se rendent également en Afrique à la recherche d’une meilleure vie, peinent à la trouver. Selon plusieurs Zimbabwéens qui étaient entrés illégalement en Afrique du Sud, après avoir été amenés à Johannesburg par les contrebandiers pour un montant de 1 500 Rand (84 £), ce n’est pas du tout facile.

« Une fois qu’ils arrivent dans la capitale, ils nous ont dit d’être tenus dans des cabanes par les contrebandiers jusqu’à ce que l’argent soit remis par des parents ou des proches », a témoigné un immigrant. Si l’argent n’est pas payé, ils sont battus ou violées, en ce qui concerne les femmes.

Joyce, une jeune zimbabwéenne a indiqué avoir été obligé de se prostituer pendant trois semaines et avant qu’un jeune homme Zimbabwéen ne l’achète comme sa femme. Elle vit maintenant dans la cabane de ce dernier comme son «épouse».

Les deux ont déclaré à SkyNews qu’ils sont satisfaits de leur arrangement. Pourtant, c’est avec des larmes que Joyce raconte comment elle pense apprendre à aimer son «acheteur».

« Il m’apporte de la nourriture chaque jour et prend soin de moi et il est toujours à la recherche d’un emploi pour moi… Je pense qu’un jour je peux apprendre à l’aimer », a-t-elle précisé. 



No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils