Décès de Jean-Baptiste Natama, homme politique burkinabé

L’homme politique burkinabè, Jean-Baptiste Natama, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche à Ouagadougou.

L’homme politique burkinabè, Jean-Baptiste Natama, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche à Ouagadougou.

Candidat indépendant à la présidentielle de 2015 au Burkina Faso, Jean-Baptiste Natama (54 ans) est décédé à son domicile à Ouagadougou, a précisé sa famille.

Il avait démissionné de son poste de directeur de cabinet de la présidente de l’Union africaine pour se lancer dans la politique.

Décoré en 1986 de la médaille d’or du flambeau de la révolution (équivalent du commandeur de l’ordre national) par le défunt président burkinabè Thomas Sankara à titre exceptionnel pour bravoure et haut fait de guerre, Jean-Baptiste Natama avait déclaré sa candidature à la présidentielle de 2015 pour défendre l’héritage de la Révolution d’Août 1983 : « la liberté, la dignité et la grandeur du peuple et de la patrie ».

« JB », comme l’appelait le conseiller spécial du président du Faso, Thierry Hot, « était obstinément courageux. Ne reculant devant aucun obstacle. Devant aucune impasse ».

« A mon invitation, JB participa au Rebranding Africa Forum de Bruxelles d’octobre 2014 en compagnie d’autres leaders du continent. Tous gardèrent de lui le souvenir d’un brillant orateur doté d’une capacité de synthèse hors du commun », écrit Tierry Hot sur sa page Facebook.

Juriste, diplomate, officier militaire, politologue, poète, essayiste et écrivain, Jean-Baptiste Natama est né à Léo dans la province de la Sissili au Burkina Faso. Il était marié et père de 3 enfants.

Avec l’APA

Berja Bonazebi

Berja Bonazebi

Responsable des publications pour IciBrazza.com



Related Articles

Présidentielle française : Obama annonce son soutien à Macron dans une vidéo

Barack Obama: « Je soutiens Emmanuel Macron pour aller de l’avant » Dans un message vidéo publié sur le compte Twitter d’Emmanuel

40 Nigérians expulsés d’Italie

Le gouvernement italien a expulsé quarante Nigérians pour fraudes à l’immigration et diverses infractions pénales. Les déportés sont arrivés mardi

Centrafrique: 90% de « OUI » à Bangui au référendum constitutionnel

Les électeurs de Bangui appelés à se prononcer lors du référendum constitutionnel centrafricain de dimanche ont voté « OUI » à 90%,

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils