Crise du carburant : Brazzaville asphyxiée tourne au ralenti

La guerre du Carburant dans la ville de Brazzaville

Image d’archive|©DR

La crise du carburant a atteint des proportions insupportables dans la capitale congolaise. Le transport et d’autres secteurs tournent au ralenti. La situation était tendue la semaine passée. Les chauffeurs des bus sont souvent obligés d’imposer un fractionnement des trajets, et ils en abusent pour augmenter la rentabilité de leurs véhicules.

Cela oblige les passagers à prendre plusieurs bus différents pour parvenir à destination. Certains Brazzavillois, faute d’argent suffisant, sont contraints de marcher sur une longue distance pour éviter de prendre plusieurs bus différents. Le temps de transport, déjà affecté par les embouteillages, est ainsi considérablement rallongé.

Cela est la cause, par exemple, d’une recrudescence d’absentéisme au travail ou de retards aux postes de travail. Les Brazzavillois constatent que pas grand-chose ne marche. Les causes de cette crise sont multiples.

Outre la crise armée qui sévit dans une partie du département du Pool ayant provoqué l’interruption du trafic sur le CFCO (Chemin de fer Congo Océan), il y a la faible capacité des camions-citernes des sociétés chargées de la distribution des produits pétroliers. C’est un véritable nœud gordien que le Gouvernement n’arrive pas à démêler.

A l’heure où la situation économique et financière est morose, cette crise est la manifestation réelle du malaise socio-politique qui perturbe le Congo.


Related Articles

Où est passé l’argent collecté par les ménages du quartier Bilolo à Brazzaville?

Les habitants du quartier situé derrière l’Académie militaire Marien Ngouabi, à Bilolo, dans l’arrondissement 9 Djiri, ne sont pas contents.

Sassou Nguesso, pourra donc encore, en théorie, passer 15 ans à la tête du pays

Au Congo, la nouvelle constitution adopté lors du réferendum doit entrer en vigueur après sa promulgation par le président de

Lutte contre Ebola : le Congo arme ses prestataires de santé

Dans le cadre de la mise en œuvre de son plan national de prévention et de préparation à la riposte

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils