Covid-19 : L’Assemblée nationale autorise la prorogation de l’état d’urgence sanitaire au Congo

©DR

L’Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, le 19 avril, à Brazzaville au terme d’une session spéciale, le projet de loi autorisant le président de la République à proroger la durée de l’état d’urgence sanitaire pour une période de vingt jours.

Le présent projet de loi, selon les deux chambres, vise à donner à l’Etat non seulement les moyens supplémentaires pour faire face à la pandémie du coronavirus mais également l’encadrement juridique nécessaire pour agir au quotidien et faire respecter le confinement en cours. L’état d’urgence sanitaire, ont rappelé les deux chambres, donne en effet pouvoir au gouvernement de prendre par décret les mesures générales limitant la liberté d’aller et venir, la liberté d’entreprendre et la liberté de réunion et permet de procéder aux réquisitions de tout bien et services nécessaires afin de lutter contre la catastrophe sanitaire. « C’est une loi que nous pensons être essentielle dans le cadre de la gestion de la pandémie du Covid-19, vu son ampleur sur la planète terre », a déclaré le ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion des peuples autochtones, Aimé Wilfrid Bininga, venu édifier les deux chambres sur la question. Ce dernier a, en outre, signifié : « Notre pays a enregistré ses premiers cas au milieu du mois de mars, ce qui nous a permis de nous arrimer aux dispositions universellement approuvées qui ont fait leurs effets sous d’autres cieux et qui dans notre pays intègrent les situations pour lesquelles le constituant donne prérogative exceptionnellement au président de la République de décréter l’état d’urgence. C’est ce qui a été fait. Depuis le 31 mars, le président de la République a décrété l’état d’urgence et instruit le gouvernement de prendre toutes les mesures nécessaires.»

L’examen et l’adoption de ce projet de loi ont tout de même suscité quelques interrogations de la part de certains parlementaires au niveau des deux chambres. Le député Jean Claude Ibovi, par exemple, s’est demandé quelles sont les mesures que le gouvernement a prises pour alléger les difficultés du peuple. Quant à l’opposition, elle a laissé entendre qu’il était quand même nécessaire, avant la reconduction de cette mesure, de faire le bilan de la première étape, d’informer l’opinion sur l’état actuel de la pandémie. « Nous allons prendre une décision. Mais quel est le niveau réel de la pandémie de nos jours ?» s’est interrogé Pascal Tsaty-Mabiala, qui regrette le silence jusque-là des experts congolais en la matière.

Jean Jacques Koubemba 

A LIRE AUSSI

Ici Brazza
Logo
Enable registration in settings - general