Congo – Vie des partis : le MODEC fera sa sortie officielle le 21 février

Congo – Vie des partis : le MODEC fera sa sortie officielle le 21 février
Evrard Nangho, le vice-président ,  le Mouvement des démocrates congolais(Modec)

Evrard Nangho, le vice-président , le Mouvement des démocrates congolais(Modec)

Créé le 4 décembre 2014 par les Congolais de la diaspora et dirigé par Kevin Diafouka, le Mouvement des démocrates congolais(Modec) a prévu sa sortie officielle le 21 février à Brazzaville. Dans une interview exclusive aux Dépêches de Brazzaville, le vice-président de cette formation  politique qui se réclame du centre a indiqué que son organisation se propose d’améliorer les conditions de vie des Congolais par la création des petits métiers et d’apporter sa contribution aux grands débats politiques nationaux.

Les Dépêches de Brazzaville : Quels sont les principaux motifs qui vous ont poussés à créer le Modec ?

Evrard Nangho : Nous avons pensé qu’au lieu que la politique soit la guerre interpersonnelle, elle devrait être un lieu de confrontation des idées pour chercher les solutions aux problèmes auxquels les Congolais sont confrontés. Vous savez bien que plusieurs personnes de la diaspora font une mauvaise lecture de tout ce qui se passe dans leur pays. Nous avons résolu  qu’il est temps d’apporter notre contribution à la construction de notre nation au lieu d’être les éternels contestataires sur les réseaux sociaux.

LDB : Pouvez-vous nous citer les objectifs du Modec ?

E.N : Nous avons pris l’option de faire la politique autrement de sorte que tous les Congolais jouissent des richesses du pays par la redistribution équitable de la richesse nationale. Nous envisageons, comme tous les acteurs politiques, l’accession au pouvoir par les moyens démocratiques.MODEC

LDB : Que ferez-vous concrètement pour que votre parti participe à l’amélioration des conditions de vie des Congolais ?

E.N : Par rapport aux données du terrain, nous avons élaboré des stratégies sociales que nous ne pouvons pas encore mettre sur la place publique à travers les médias. Nous avons pris soin d’étudier en amont les principaux problèmes qui minent les populations congolaises et nous en avons proposé des ripostes appropriées. Je me permets de vous citer qu’un seul exemple. Nous avons déjà eu des contacts très avancés avec les Danois dans le cadre du recyclage des sachets ménagers. Nous sommes suffisamment avancés avec nos partenaires sur ce point. C’est un projet qui générera plusieurs emplois.

LDB : Faites-vous partie de la dynamique des partis du centre dénommée « Initiative pour l’apaisement » sur le débat du changement de la Constitution ?  

E.N : Nous avons déjà souscrit à cette initiative ; parce que le Modec prône le dialogue. En politique, les solutions aux différents problèmes se trouveraient dans le consensus qui, lui-même, découle des échanges, donc du dialogue. En ce qui concerne le débat sur le changement de la Constitution, nous nous inscrivons dans la démarche qui consiste à dialoguer, à travers une concertation politique, pour choisir la forme de la loi fondamentale qui convient au Congo.

LDB :   Comment êtes-vous apprécié par vos amis de la diaspora après que vous ayez créé le Modec ?

E.N : Beaucoup d’entre eux pensent que nous les avons trahis. Nous pensons que la politique se fait sur le terrain. La diaspora congolaise est limitée sur certaines choses liées à l’évolution politique nationale. Elle n’a pas le droit de vote, par exemple. Ceux qui pensent qu’ils ne peuvent pas venir au Congo pour se lancer dans la course politique, nous ne les détestons pas. C’est leur droit. Cependant, notre parti est ouvert aux Congolais de toute obédience.

© Adiac-congo


Tags assigned to this article:
MODECPolitique

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils