Connect with us

Hi, what are you looking for?

Ici Brazza
[GARD align=« center"]

Brazzaville

Congo – veillées mortuaires : de hauts lieux de dépravation des moeurs

Image d’archive | © Capture d’écran sur une vidéo youtube

Dans la société congolaise d’hier, les veillées mortuaires étaient considérées comme de hauts lieux d’intense douleur et de compassion pour les familles éprouvées. De nos jours, elles deviennent des points consacrés aux comportements déviants. Cadres idéaux pour exprimer son attachement au disparu, les veillées mortuaires sont transformées en lieux impudiques. Certains jeunes abusent de la famille éplorée, d’autres par contre, se livrent à la consommation immodérée de l’alcool en quête de nouvelles conquêtes.

Phénomène naturel si l’on considère que tout vivant ou tout être humain naît, vit et meurt, le doute subsiste quant à sa mort. Dans le subconscient des congolais, actuellement, tout décès est attribué à un sorcier dans certaines familles fortunées. Quelquefois, l’oncle est souvent désigné comme auteur du malheur qui survient dans ce cas. Parfois, un parent qui dans la famille possède quelques biens matériels (voiture de luxe, maisons R+1 ou 2) est lui aussi mis index. Tous, nous sommes témoins de ces actes posés par des proches, des amis, des relations qui prétendent exprimer leur solidarité dans l’épreuve que nous décrivons. Certes, l’organisation des veillées mortuaires obéit à une stratifi cation du malheur parce que les familles dites riches peuvent louer la prestation des groupes traditionnels, des chorales, voire des orchestres modernes pour donner un certain éclat aux différentes soirées où la famille fait étalage de sa surface fi nancière. 

Les amis de ladite famille se distinguent eux aussi par des œuvres de charité. Les montants pour les condoléances à la famille éprouvée sont en constante augmentation. L’épisode du sorcier est légué au second rang. Les parents du défunt conçoivent, échafaudent des projets à réaliser avec les aides ou les contributions des différentes associations, mutuelles dont il était membre. Dans certains cas, le membre de la famille à qui incombe la charge de récolter les fonds, d’organiser la veillée devient la cible des autres membres du groupe familial. A l’occasion d’une quelconque veillée, toutes les informations recueillies sont bonnes pour le dénigrement de la famille. Les jeunes profi tent souvent de ces occasions pour poser des actes allant à l’encontre des valeurs morales et éthiques de la société congolaise. Quelquefois, la dépouille est arrachée à la famille éprouvée durant des heures au motif que la mort du de cujus est suspecte. Ces abus constituent des entraves à l’épanouissement de notre société. Loin d’être des lieux ou les proches viennent témoigner de leur amour pour le disparu, les veillées mortuaires deviennent des lieux de rendez-vous où les sapeurs font la promotion de leur gamme vestimentaire et le marketing des marques qu’ils arborent. Les femmes, quelques-unes d’entre-elles ne sont pas en marge, elles sont là simplement pour se faire voir, espérant avoir un partenaire, un accompagnateur. Oubliant volontairement les règles de la morale et de 

la bienséance, ces jeunes inciviques et crapuleux sont au cœur de la polémique qui est entretenue inutilement et prétendument par certaines langues mal intentionnées. 

Souvent leurs polémiques se terminent en pugilat au désagrément des membres de la famille éprouvée. Il est entendu que l’Etat ne saurait poster à chaque coin de rue un agent de l’ordre pour règlementer le climat qui fait entorse au bon déroulement des veillées mortuaires. On ne saurait interdire à un citoyen de se rendre à une veillée du quartier sous prétexte d’abus observés au moindre décès d’un concitoyen. Pourquoi ne demande-t-on pas à la famille de limiter le nombre des proches qui viennent du village pour assister aux funérailles dans la mesure où, ils augmentent le coût des obsèques ? Quel que soit la bonne organisation mise en place, il est absolument certain que le zèle des jeunes que nous observons aujourd’hui, ne changera rien au concept de la vie ou de la mort, le corps étant une substance matérielle, finira par périr, seul l’esprit appartient à Dieu qui donne cette chance de vivre. 

Avec LE PATRIOTE 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A LIRE SUR ICI BRAZZA

International

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a annoncé dimanche son retrait de la vie politique après avoir reconnu sa défaite dès le premier tour de...

Pointe Noire

Cet incident s’est produit dans la soirée du samedi 11 avril, sur le tarmac de l’aéroport international de Pointe-Noire. Cet Airbus A330 d’Air France...

Congo

  Le général de division Guy Blanchard Okoî, chef d’état-major général des forces armées congolaises (FAC) a instruit et ordonné tout le commandement de...

Pointe Noire

Un Chinois a été surpris sur une route du centre-ville de Pointe-Noire le matin du mercredi 18 mars 2020, par le mauvais comportement de...

Copyright © 2020 ICI BRAZZA. Edité par Kair Group.

Aller à la barre d’outils