home Brazzaville, Congo Congo : Une société d’origine suisse s’engage dans la production de biocarburants

Congo : Une société d’origine suisse s’engage dans la production de biocarburants

Vue du centre-ville de Brazzaville. Wikimedi
Vue du centre-ville de Brazzaville. Wikimedi

Le gouvernement congolais a annoncé l’octroi d’une concession de 200.000 hectares de savane à la société ASJEBA DYB Congo, issue du groupe suisse ASJEBA MANAGEMENT SA qui s’est engagé à réaliser des plantations d’espèces oléagineuses.

Un bail emphytéotique a été signé le 15 juin entre, d’une part les ministres congolais, Rosalie Matondo de l’Economie forestière et Martin Parfait Aimé Koussoud-Mavoungou des Affaires foncières, et d’autre part le président directeur général de cette société de droit congolais, Hisko Baas.

Dans un communiqué, le gouvernement congolais a indiqué que la société ASJEBA DYB Congo entend « réaliser les plantations des espèces oléagineuses et produire, entre autres, du biocarburant à partir de leurs graines » sur les concessions qui se divisent en deux blocs, localisées dans les zones d’Odziba-Mpoumako à un peu plus de 100 kilomètres au nord de la capitale congolaise, Brazzaville, et de Ngo-Mpouya, à environ 200 kilomètres au nord de la capitale.

TAGS:
Photo du profil de Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.

2 thoughts on “Congo : Une société d’origine suisse s’engage dans la production de biocarburants

  1. On n’arrive pas à donné à manger au Congolais , Meme le manioc pose problemes, au lieu de cela, non non on pense seulement à faire de l’argent sur le dos du peuple. On vous dira que c’est pour creer de postes de travails mal payés et continuer à surexploiter les richesses du pays.

  2. Les biocarburants non rien de « bio », ils conduisent à l’accaparement de terres (et là 200 000 ha, c’est une surface !), ils conduisent à une monoculture chimiquée dévastatrice du sol et des nappes phréatiques… Ils emploient énormément de carburant pour leurs outils mastodontes… leurs principes mécanique et de culture diffusent beaucoup de CO 2… Mauvais choix, donc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils