Congo : une marche de la Fédération de l’opposition congolaise dispersée par la police

 Claudine Munari

Une vingtaine de personnes membres de la plate-forme dirigée par Claudine Munari a été interdite de manifester, le 27 novembre, au rond-point Moungali, dans le 4earrondissement de Brazzaville

Une vingtaine de personnes membres de la plate-forme dirigée par Claudine Munari a été interdite de manifester, le 27 novembre, au rond-point Moungali, dans le 4earrondissement de Brazzaville, par la police qui a fait usage des gaz lacrymogènes.

Munis d’une banderole sur laquelle on pouvait lire : « Débout pour la libération du Pool et des prisonniers politiques », les participants à la marche ont été conduits par la présidente du groupement ploitique de l’opposition congolaise, Claudine Munari, qui avait à ses côtés Jean-Baptiste Bouboutou-Bemba et Clément Mierassa. En effet, les manifestants sont arrivés au rond-point Moungali aux environs de 11 h 00 et y ont passé plus de 20 mn.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après avoir perturbé la circulation pendant près d’une vingtaine de minutes, les manifestants ont été dispersés par la police. Ils exigeaient, entre autres, la libération d’André Okombi Salissa, Jean Marie Michel Mokoko et Paulin Makaya. On pouvait également entendre de leurs voix « Payez les retraités ».

Du côté des autorités, l’on estime qu’elles n’ont pas été informées de cette démarche.

Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale


Tags assigned to this article:
Claudine MunariCongoopposition congolaise

Related Articles

Gabon : L’opposant Léon Paul Ngoulakia aurait été arrêté à Libreville

L’ancien candidat à la dernière présidentielle, qui s’est désisté au profit de Jean Ping, a été interpellé alors qu’il sortait

Congo : l’opposition menace de reprendre des actions de désobéissance civile

Les plates-formes congolaises d’opposition FROCAD, IDC et Composante J3M ont publié vendredi à Brazzaville, une déclaration pour appeler leurs militants

Biens mal acquis: l’Etat congolais porte plainte contre Transparency international

On l’a appris hier, samedi 15 juillet. Une fois n’est pas coutume, la présidence congolaise a publié un communiqué (daté

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils