Congo : Une campagne de sensibilisation sur les grossesses précoces auprès de 10.000 élèves congolais

Congo : Une campagne de sensibilisation sur les grossesses précoces auprès de 10.000 élèves congolais

(Photo d'illustration) Image d’archive|© DR

(Photo d’illustration) Image d’archive|© DR

Une campagne de sensibilisation pour l’éducation complète à la sexualité des jeunes filles et jeunes garçons pour la prévention des grossesses précoces, a été lancée vendredi simultanément à Brazzaville et Pointe noire, deux plus grandes villes congolaises.

Organisée par le forum des éducatrices africaines (FAWE) en partenariat avec le fonds des nations unies pour la population (FNUAP), cette campagne vise à sensibiliser à terme 10.000 élèves des collèges et des lycées congolais sur la sexualité et les grossesses précoces, considérés comme un véritable frein à la scolarité et à la formation des jeunes filles.

« Cette campagne vise à faire en sorte que les adolescents, filles et garçons, puissent acquérir des compétences liées à leur sexualité, pour prévenir les grossesses précoces mais aussi les maladies sexuellement transmissibles sans compter le VIH/Sida, et en même temps, leur permettre, à la limite, d’avoir une vie parentale responsable », a indiqué la présidente de la section Congo du FAWE, Rosalie Kama Niamayoua.

« Nous avons choisi les deux plus grandes villes parce que vous savez que l’éducation à la sexualité c’est un sujet d’abord tabou, les parents n’en parlent pas ou très rarement, ce qui est très difficiles pour les enfants qui sont souvent mal informées dans les grandes villes », a-t-elle précisé.

Six établissements scolaires dont quatre collèges et deux lycées à Brazzaville et à Pointe noire sont concernés par cette campagne de sensibilisation qui est la suite logique des conclusions d’un forum sur l’éducation à la sexualité, organisée en décembre dernier dans la capitale congolaise.

D’après l’Enquête démographique et de santé (EDS 2011-2012), globalement une fille sur trois âgée de 15 à 19 ans est enceinte, avec une grande disparité entre les zones urbaines (28%) et les zones rurales (46%).

Ces adolescentes de 15 à 19 ans contribuent pour 14% à la fécondité totale en milieu urbain, et à 16% à la fécondité en milieu rural, selon cette même source qui cite le faible taux d’utilisation des produits contraceptifs (13%) comme l’un des facteurs des grossesses précoces.


Tags assigned to this article:
Congoélèves congolaisgrossesses

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils