home Brazzaville Congo : un réseau de vol de voitures démantelé par la gendarmerie

Congo : un réseau de vol de voitures démantelé par la gendarmerie

Les trois présumés auteurs d’un réseau de vol de voitures entre Brazzaville, Nkayi, Dolisie, Pointe-Noire et Cabinda ont été présentés à la presse le 10 novembre à Brazzaville.
Les trois présumés auteurs d’un réseau de vol de voitures entre Brazzaville, Nkayi, Dolisie, Pointe-Noire et Cabinda ont été présentés à la presse le 10 novembre à Brazzaville.

Arrêtés depuis quelques jours, Frédéric Mouyeké, William Obambi « Alain » et Bienvenu Matondo, trois présumés auteurs d’un réseau de vol de voitures entre Brazzaville, Nkayi, Dolisie, Pointe-Noire et Cabinda ont été présentés à la presse le 10 novembre à Brazzaville.

Ce réseau a été démantelé par le service central des recherches judiciaires de la gendarmerie nationale suite à une plainte d’un citoyen qui réclamait avoir été victime d’un vol de voiture. « L’enquête menée nous a permis de rattraper à ce jour trois individus suspectés d’avoir mené ces opérations et de retrouver au total trois voitures. Il s’agit en fait d’un réseau que nous pouvons qualifier de transfrontalier puisqu’il concerne le Cabinda, le Cameroun et le Congo », a expliqué le chef de division communication de la gendarmerie nationale, le lieutenant-colonel Albert Matsounga.

Composée des sujets congolais, maliens, angolais, camerounais et libanais, cette bande opère de plusieurs manières, dont la plus répandue est l’administration des substances nuisibles à la santé des victimes, en les faisant endormir. Selon le lieutenant-colonel Albert Matsounga, certains co-auteurs et complices des faits sont encore en fuite. « L’enquête se poursuit parce qu’en réalité, il se révèle qu’en dehors de ces trois voitures que nous venons de rattraper, il y en a d’autres qui ont été volées. S’il y a des Congolais ou d’autres citoyens qui ont été victimes de ce genre de pratiques, qu’ils n’hésitent pas, le service central de la gendarmerie est là pour démanteler ce genre de réseaux et l’arrêter », a-t-il invité, demandant aux chauffeurs de ne faire confiance à personne pendant qu’ils travaillent.

Témoignages des victimes

Contacté par Alain, Ngoma Dobala est tombé dans le piège le 17 octobre à Nkayi lorsqu’il a accepté une course pour se rendre à Sibiti, dans le département de la Lékoumou. Il est arrivé à Brazzaville le 9 novembre après avoir reçu un coup de fil de la gendarmerie. « Quand je suis arrivé hier, effectivement je me suis rendu compte que les coupables sont les mêmes gars qui m’ont contacté. Je les reconnais tous, nous sommes dans le même quartier à Nkayi. Ils m’ont drogué à Loudima à travers l’omelette. Dès que j’ai mangé cela, je me suis endormi de 8h 30 jusqu’à 17 heures le samedi 17 octobre. Pour sortir de l’hôtel, il a fallu que l’on défonce la porte de la chambre. J’ai été ensuite emmené à l’hôpital à Nkayi », a-t-il expliqué à la presse, rappelant qu’il connait bien le chef de la bande, Frédéric Mouyeké, qui est arrêté en compagnie de sa femme.

Germain Pinda : « Alain était venu me voir un jour pour me dire qu’il appréciait ma vouture  de marque Pic-Nick . Il m’a appelé vers 15 heures au moment où je partais à la maison. Il s’était présenté chez moi en qualité de démarcheur pour une course sur Pointe-Noire . J’ai été drogué à travers le jus à Dolisie où je suis resté dans le coma pendant cinq jours  sous l’effet de la drogue ».

Jean Jacques Malonga : « Notre voiture  a été volée depuis le 8 décembre 2014 à Brazzaville. Nous avons déposé une plainte contre X au niveau de la police sans solution. Nous avions déjà abandonné l’affaire, c’est le 3 novembre 2015 que j’ai été contacté par les services de la gendarmerie nationale pour nous informer de l’arrestation des présumés voleurs. Parmi ceux-ci, il y a un qui travaillait avec nous à la boulangerie et il avait volé les contacts de la BJ le 2 décembre 2014 avant d’opérer le 8 décembre. Ils avaient déjà vendu cette BJ à la société Taman à Pointe-Noire, ce véhicule  a été ramené  à Brazzaville  par la gendarmerie».

D’après la gendarmerie nationale, ces présumés malfaiteurs seront présentés au procureur de la République pour répondre des faits qui leur sont reprochés. Il s’agit de l’association des malfaiteurs pour avoir agi en bande organisée ; vols en réunion ; administration des substances nuisibles à la santé par emploi des substances de nature à faire endormir les multiples victimes ; faux et usage de faux pour avoir falsifié des documents de plusieurs voitures issues des multiples vols.

©Adiac-congo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils