Congo : Un projet de budget de trois mille milliards 755 millions FCFA présenté au Sénat

Congo : Un projet de budget de trois mille milliards 755 millions FCFA présenté au Sénat

Image d’archive|Les Deputes et Sanateurs Congolais

Image d’archive|Les Deputes et Sanateurs Congolais

Le projet de budget de l’Etat exercice 2016 présenté au Sénat, le 12 novembre dernier, par le ministre du Plan et de l’intégration, M. Léon Raphaël Mokoko, s’équilibre en recettes et en dépenses à la somme de 3.000 milliards 755 millions de FCFA, a-t-on appris au cours de la cérémonie de présentation de la loi de finances.

 Selon le ministre Mokoko, cette chute du budget s’explique par la baisse du prix du baril de pétrole qui oscillerait l’an prochain, selon les prévisions, entre 45 et 55 dollars US.

« La chute du baril a occasionné la diminution des recettes budgétaires de l’Etat à hauteur de 1400 milliards entre 2013 et 2015 alors qu’elle n’avait cessé de progresser en faisant passer le budget de l’Etat, de 581 milliards en 1999 à plus de 4000 milliards en 2013. En effet, la forte dépendance du budget de l’Etat des recettes pétrolières  qui représente en moyenne plus de 80% des recettes budgétaires expliquent la crise actuelle dans nos finances publiques », a déclaré le ministre du plan et de l’intégration.

Il a expliqué que dans les charges budgétaires, se trouvent inclus  les charges financières de la dette publique, la rémunération des agents de l’Etat, le fonctionnement courant de l’Etat, l’organisation de l’élection présidentielle et le besoin de maintenance des infrastructures construites

« Les charges budgétaires en 2016 seront supérieures aux recettes budgétaires. D’où l’impérieuse nécessité, de faire des choix économiques et budgétaires rationnels permettant d’entretenir la croissance, d’élargir la base productive, de dynamiser le marché de l’emploi et de préserver la stabilité macroéconomique », a- t – il rappelé.

Parmi les objectifs prioritaires fixés par le gouvernement pour mener à bien le processus de diversification de l’économie, figurent la construction ou l’amélioration des infrastructures facilitant la production et les échanges, le développement d’un secteur financier capable de porter la diversification, la levée ou la réduction de tous les obstacles à la réalisation de la production et des échanges dans les différents secteurs d’activités.

Ainsi, envisage – t-il, non seulement de mettre en œuvre des programmes d’employabilité, particulièrement en milieu jeune, mais également de s’appuyer sur la promotion et l’accompagnement des entreprises, dans tous les secteurs d’activités.

« Certes la diversification de l’économie est réalité depuis longtemps dans notre pays, mais à présent il est question de la recadrer, de l’intensifier et de veiller à son aboutissement étape après étape. Pour réussir la diversification, il est judicieux que l’Etat simplifie au maximum, les procédures qui accompagnent (…) la création d’activités et d’emplois (…). Le gouvernement s’emploiera à développer davantage le secteur financier afin de frayer un large éventail d’opportunités financières. Une nouvelle stratégie de développement du secteur financier sera mise en œuvre à cet effet », a expliqué le ministre Mokoko.

En 2016, le gouvernement mettra un accent sur la modernisation des conditions d’études tant dans les établissements d’enseignement primaire et secondaire, techniques et professionnels qu’à l’université. Dans le domaine des infrastructures, la priorité sera donnée à celles liées à la communication en cours de construction ; aux routes, à la production et à la  distribution d’eau et de l’électricité, les télécommunications, et les infrastructures sociales tels que les hôpitaux, les logements sociaux ainsi que les ouvrages d’assainissement des villes. Tenant compte de la chute des recettes pétrolières qui conduit au resserrement du volume des investissements publics, le gouvernement propose au Parlement, l’ouverture de quatre budgets annexes et de huit comptes spéciaux au trésor public, au titre de l’année 2016, ainsi que quelques modifications des dispositions finales.

(ACI)


Tags assigned to this article:
budgetCongoSenat

1 comment

Write a comment
  1. FUNGUI A NZOHA
    FUNGUI A NZOHA 18 novembre, 2015, 13:09

    Haaa le Congo!
    Chaque fois que nos gouvernements successifs ont présenté leurs budgets au parlemement et ce, quelqu’ont été les indicateurs, les mesures de redynamisations de ceux-ci ont toujours été annoncées et des projections faites. Seulement à la suite de tout ce petit jeu de slogants, le Congo se retrouve toujours au point zéro et tous les projets au point mort.

    Cette fois encore, les Congolais se trouveront assurement surpris d’apprendre que nos alléchants projets qui concerent l’éducation, la santé et les voies de communications essentielles à la bonne croissance économique et aux échanges ne se soient pas réalisés par faute de budget. Les Congolais, habitués à faire preuve de stoïcisme, peuvent encore espérer et rêver d’un dévélopement qui ne viendra d’ailleurs jamais ou de l’amélioration de conditions élémentaires et essentielles de vie qui demeure le dernier de ceux qui les gouvernent et qui ne se sont jamais sentis responsables, même devant le pauvre peuple qui n’a jamais cessé de les hisser aux plus hautes sphères de l’Etat, bien que la pluapart du temps sous la pression de armes et l’influence des treillis et bottes des sbires imperturbables du pouvoir.

    Chers vaillants parlementaires qui avez tout de suite oublié ce pour quoi vous avez été élus et qui ne dites jamais rien en faveur du Peuple, même quant celui-ci s’étonne sur les questions qui concernent le futur de Notre Pays, sachez que le Congolais a cessé d’être votre mouton de panurge et qu’il vous regarde avec circonspection et vous demandera, à vous qui le représenté, les comptes devant l’histoire.

    A vous de faire votre introspection et rectifier le tir, si cela est encore possible, vis à vis de votre électorat en apprence stoïque:  »Il souffre, mais ne crie pas », comme le sont aujourd’hui les agents de l’hôpital de Loandjili qui attendent d’être payer depuis trois (03) mois alors qu’ils vont tous les jours à l’heure travail et sauvent des vies.

    vive le Congo et sa nouvelle république!

    Reply this comment

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils