Congo: un premier lot de 70 autobus arrivé à Pointe-Noire

Congo: un premier lot de 70 autobus arrivé à Pointe-Noire

 un premier lot de 70 autobus arrivé au port autonome de Pointe-Noire|Adiac

un premier lot de 70 autobus arrivé au port autonome de Pointe-Noire|Adiac

Après plusieurs mois d’attente, un premier lot de 70 autobus devant assurer le transport en commun dans les villes de Pointe-Noire et Brazzaville est enfin arrivé au port autonome de Pointe-Noire. Dans les prochains jours arrivera le deuxième avec autant de bus.

Ces autobus de fabrication indienne attendus par la population ont la lourde charge de régler l’épineux problème de transport en commun dans les villes de Pointe-Noire et Brazzaville. De marque Ashok Leyland, ils sont pourvus entre autres de 35 places assises, 39 places debout, 2 écrans, une cabine chauffeur, une cabine aménagée pour le contrôleur de tickets, 3 portières dont une pour le chauffeur, 2 caméras de surveillance, un système de ventilation. Comme annoncé par le chef de l’Etat, Denis Sassou N’Guesso dans son récent message de voeux de fin d’année, ces autobus seront gérés par une société de transport public, encore en gestation. L’objectif étant d’endiguer le sempiternel calvaire des populations en matière de transport en commun. Lesquelles populations subissent les caprices et l’incivisme des équipages des taxi-bus, devenus maîtres dans le phénomène de morcellement des trajectoires, communément appelé « demi-terrains ». Ils procèdent aussi délibéremment à l’augmentation abusive des prix de transport qui varient selon leurs hummeurs.

Certes, le processus d’arrivée des bus est amorcé à la grande satisfaction des populations, mais celles-ci s’interrogent déjà sur leur gestion, laquelle se doit être rigoureuse, vue les expériences chaotiques du passée. Et, les faillites des Sociétés de transport urbain de Brazzaville (STUB) et de la Société de transport de Pointe-Noire (STPN) sont encore vivaces dans les mémoires.

La plupart des Congolais interrogés à Pointe-Noire sur la question suggèrent, qu’il soit mis à la tête de la nouvelle société, des gens intègres et rompus dans l’orthodoxie financière.

Aussi, demande-t-ils, la construction de nouvelles routes bitumées dans les quartiers périphériques de Brazzaville et Pointe-Noire. Ce qui favorisera non seulement disent-ils, la fluidité de la circulation mais aussi contribuera à la désserte des nouveaux arrondissements par les nouveaux bus.

Signalons que les chauffeurs sélectionnés sur la base des tests à Pointe-Noire et le personnel mécanicien ont été formés à l’étranger. Reste donc des formalités administratives et la mise en place de la nouvelle société de transport pour que l’exploitation de ces bus ne soit plus une simple vue d’esprit.

© Adiac-Congo


Tags assigned to this article:
autobusPointe NoireTransport

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils