Congo – Transports en commun : quand le comportement des conducteurs choque les usagers

Transports en commun

La circulation dans une avenue de Brazzaville / photo Adiac

À Brazzaville, les nombreux bus, minibus et coasters constituent l’essentiel des moyens de transport de la population. On note qu’un grand nombre de clients se plaignent des sautes d’humeur et de l’incivilité des conducteurs, ces derniers imposant leur rythme et leur volonté aux usagers sans aucune explication. Ce comportement, qualifié d’antipatriote par certains, a conduit les usagers à demander aux syndicats d’enseigner aux transporteurs les notions élémentaires d’instruction civique afin de mettre un peu d’ordre dans l’exercice de leur activité

« Vous allez me faire arriver en retard à mon rendez-vous ! Pourquoi ne discutez-vous pas d’abord avec vos clients avant de changer d’itinéraire ? », s’étonne Albert, haussant le ton auprès du receveur du bus qu’il a pris au Centre culturel français pour la gare. Ce client, auquel le chauffeur et le receveur du bus de la ville ont imposé un arrêt sous le prétexte de contourner un embouteillage, a constaté l’impolitesse caractérisée des ces jeunes gens qui, d’après lui, ne savent pas présenter d’excuses aux clients qui peuvent avoir l’âge de leurs parents.

Du nord au sud de la ville, la plupart des jeunes chauffeurs et receveurs des transports en commun imposent leur volonté aux clients. De plus, les usagers disent être confrontés à la mauvaise humeur et aux caprices de ces conducteurs, comme le reconnaît André, un autre client qui a pris son bus au Marché Total pour Talangaï : « Il faut demander à ces chauffeurs de nous communiquer les informations par micro au lieu de nous imposer leur musique bourrée de bêtises ! » Ce dernier fustige le comportement indadapté de ces jeunes chauffeurs qui seraient responsables de bon nombre d’accidents de la circulation.

« Un jour, raconte Francis, je suis monté dans un bus où le chauffeur avait mis le volume de la musique à fond. C’était tellement fort que je ne pouvais supporter ce bruit. Je lui ai demandé de diminuer le volume, sans aucune gêne il m’a dit de prendre des taxis si je voulais plus de confort ! » Pour cet usager, la plupart de ces chauffeurs sont jeunes, leur âge variant de 18 à 40 ans. Ils doivent donc revoir les notions élémentaires de politesse, comment par exemple accueillir les clients. Et d’ajouter : « Les employés de ces bus sont un peu gentils avec les clients lorsqu’il s’agit de leur intérêt. C’est-à-dire qu’ils peuvent prendre un client a un arrêt qu’ils qualifient de gênant, mais pas y déposer quelqu’un ! » Sur ce point, d’après le receveur d’un bus, ils préfèrent payer une amende à la police routière.

Les demi-terrains et le manque de transports à certaines heures dans la ville sont d’autres soucis qui viennent s’ajouter à la liste des problèmes que les usagers des transports en commun rencontrent au quotidien.

Flaure-Élysée Tchikaya

Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale


Tags assigned to this article:
BrazzavilleBusCongoTransports en commun

Related Articles

Congo – Musique : L’artiste musicien Nzongo Soul est mort à Paris

Il se disait « Wa semo », béni des dieux et se destinait à purifier la musique congolaise des vibrations négatives,

Médias: avec Lagardère, Brazzaville lance « Télé Congo Jeunesse »

Dénommée pour l’instant « Télé Congo Jeunesse » cette future chaîne nationale publique sera lancée avec la collaboration du groupe français des médias, Lagardère. Elle

Congo : scission au sein de la principale formation d’opposition

L’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS),  principal parti d’opposition au Congo, vient d’imploser. Plusieurs cadres du parti ont rendu

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils