Congo – Transport fluvial : la navigation reprend dans deux mois

Le baliseur Oubangui sur le point de départ

Le baliseur Oubangui sur le point de départ

Dans le souci de permettre aux bateaux de voyager en toute sécurité sur le fleuve Congo en cette période d’étiage, une campagne de balisage visant à poser les signaux de navigation a été lancée le week-end dernier, sur l’axe Congo-Oubangui. 

Pendant deux mois, l’équipe de balisage passera par Mossaka, Ouesso et Bangui vers mi-juin.« Actuellement, les bancs de sable sont sortis donc, il faut aller remettre tous les balisages qu’on avait mis pendant les hautes eaux pour que les bateaux puissent naviguer. L’opération se fera en deux phases : sur la Sangha, par exemple, on va remettre en place les signaux dégradés et perdus », a expliqué le chef de brigade balisage Oubangui, Thomas Sezon.

Justifiant le fait qu’un seul baliseur a été moblisé pour cette campagne au lieu de deux comme de coutume, le chef de service hydrographie au groupement d’intérêt économique pour le Service commun d’entretien des voies navigables (SCEVN), Levy Sylver Ayissou, a évoqué des difficultés financières auxquelles ils sont confrontés.

« Nous avons passé plusieurs années sans trafic au niveau de la Sangha. Cela a eu un impact sur nos recettes.  C’est pour cette raison qu’on a mis en route un seul baliseur, mais qui peut bien faire les deux axes », a-t-il assuré.  

Relevons, par ailleurs, la particularité de cette opération de balisage, le chef de service hydrographie a indiqué que celle-ci servira également aux sociétés forestières qui sont sommées par les autorités congolaises d’évacuer le bois produit au Congo sur l’axe Trans-équatorial. C’est ainsi que le trafic des grumes attendu cette année oscillera entre 60 et 100 000m3.

« Pour y parvenir, nous avons répertorié six seuils à draguer, afin de rallonger la période de navigation à dix mois. On doit aussi avoir la permanence des baliseurs. D’ailleurs, on a des partenaires qui sont prêts à nous aider à relever ce défi », a affirmé Levy Sylver Ayissou.

Il convient, toutefois, de rappeler que chaque année, le groupement d’intérêt économique pour le SCEVN organise des campagnes de balisage des rivières Sangha et Oubangui.

Lopelle Mboussa Gassia

Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale


Tags assigned to this article:
CongoFleuve CongoTransport fluvial

Related Articles

Audit sur la gouvernance et la corruption au Congo: et si le pétrole expliquait tout?

Brazzaville s’arrimera t-elle à la transparence qu’exige l’audit sur la gouvernance et la corruption recommandé par le FMI ? À

Congo-Débat constitutionnel : La majorité présidentielle en zone de turbulences ?

Le débat constitutionnel agite le microcosme politique congolais. Si les partis opposés au changement de la Constitution ont réussi leur

L’Agence française de développement va débloquer plus de six milliards FCFA pour Brazzaville

En vue d’épargner les quartiers de Brazzaville d’érosions et  d’inondations provoquées lors des pluies, l’Agence française de développement (AFD) va

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils