Congo – Tourisme : des véreux demandent de l’argent pour accéder au site des Cataractes

©DR

Certains citoyens mal intentionnés exigent aux visiteurs de payer pour avoir accès au site touristique pourtant fermé pour travaux d’aménagement.

A quelques mètres d’accès au site touristique des Cataractes, deux bambous en forme de croix annoncent le passage interdit aux véhicules. Le dispositif indique, par ailleurs, aux piétons que le passage ne se fait plus comme avant. Il faut payer pour accéder au site touristique. L’initiative est née de l’imagination des citoyens mal intentionnés décidés à se faire des poches. A dire vrai, le site des Cataractes avait, en effet, été momentanément fermé par le ministère de tutelle pour travaux d’aménagement qui sont d’ailleurs en cours. Certains visiteurs découvrent l’information en arrivant sur les lieux. Comme des vigiles éparpillés, quelques jeunes accourent après eux exigeant des sous afin de faciliter l’accès au site par des voies détournées. Il est en tout cas nécessaire de redoubler de vigilance et prendre des mesures appropriées pour mettre fin à ce genre de pratiques. 

En rappel, le 9 septembre 2018, la ministre du Tourisme et de l’environnement, Arlette Soudan-Nonault, a effectué une descente pour faire un état des lieux du site touristique des Cataractes occupé anarchiquement par des commerçants, casseurs de pierre et vendeurs de sable de construction sans respect de la notion de protection de l’environnement.

En juin 2014, le gouvernement congolais avait annoncé l’aménagement de ce site. Un complexe touristique de haut niveau devrait sortir de terre, avec une galerie d’objets d’art et un hôtel cinq étoiles. Le site devrait ainsi se débarrasser de son statut de sanctuaire de prostitution et de banditisme d’antan.

Ouvert aux visiteurs nationaux et internationaux depuis 1985, le site des Cataractes du Djoué est un lieu touristique, de détente, de loisirs, d’escalade de rochers où les touristes contemplent la beauté du majestueux fleuve Congo et sa mythique ‘’Île du diable’’. Il est limité au nord par le Djoué, au sud par le quartier Mafouta, à l’ouest par les rapides du fleuve Congo et à l’est par le quartier Cataractes. Le site est placé sous la tutelle du ministère du Tourisme et de l’environnement qui a lancé les travaux d’aménagement afin de le moderniser, le rendre plus attractif et le faire participer activement à la diversification de l’économie.

Rominique Makaya

Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale


Tags assigned to this article:
Congotourisme

Related Articles

Ethiopian Airlines en négociation pour reprendre ECair

Après l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique australe, la compagnie Ethiopian Airlines pourrait planter son drapeau en Afrique centrale. Selon une

Congo-Brazzaville : gouvernance publique, un pilotage à hauts risques

Après une période d’une dizaine d’années d’euphorie et d’ivresse en tout genre, le navire Congo est entré, comme par enchantement

Congo : de nouvelles mesures pour améliorer le climat des affaires

Le ministre congolais du Développement industriel et de la Promotion du secteur privé a annoncé vendredi à Brazzaville la mise

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils