Congo : Tête-à-tête Alain Mabanckou – François Hollande ce mardi 14 juin à l’Elysée

Congo : Tête-à-tête Alain Mabanckou – François Hollande ce mardi 14 juin à l’Elysée

L'écrivain franco-congolais Alain Mabanckou

L’écrivain franco-congolais Alain Mabanckou

L’écrivain congolais Alain Mabanckou rencontrera ce 14 juin à 17h le président français François Hollande au Palais de l’Elysée. Au menu des échanges entre les deux hommes, la crise socio-politique en cours au Congo Brazzaville, accentuée par l’élection de Denis Sassou Nguesso. Pour Alain Mabanckou, Denis Sassou Nguesso doit partir.

Lors de sa leçon inaugurale au mois de mars dernier au Collège de France, où deux ministres français étaient présents, Alain Mabanckou avait annoncé sur Ziana TV sa réception prochaine à l’Elysée. Les choses se sont précipitées lorsque le romancier a interpellé publiquement François Hollande dans les médias français pour qu’il se prononce clairement sur la crise congolaise, incitant le président français à ne pas reconnaître la victoire de Denis Sassou Nguesso. Cette prise de position jugée radicale par le pouvoir de Brazzaville était suivie quelques jours après de la confirmation du rendez-vous avec François Hollande.

Alain Mabanckou est devenu depuis quelques mois la bête noire de Brazzaville qui n’hésite pas à le brocarder, l’invitant à rester dans sa bibliothèque au lieu de s’occuper des affaires politiques. L’auteur de « Lumières de Pointe-Noire » se dit prêt en tant qu’intellectuel à mener un nouveau combat dans l’Arène politique, dénoncer le pouvoir autocratique de Brazzaville, et « une élection (présidentielle ndlr)frappée de petite vérole ».


Tags assigned to this article:
Alain MabanckouCongoFrançois Hollande

1 comment

Write a comment
  1. JDM
    JDM 14 juin, 2016, 02:47

    Ah! Buala me nienga, Monsieur 8 % , sa famille et son clan de gangsters sont sur le collimateur de l’opposition, le peuple et enfin de la justice. Une guerre sur plusieurs fronts? Ils risquent d’être des  » mupayas  » partout dans le monde, mais une chose, s’ils ont encore en eux une petite parcelle de raison, qu’ils pensent à la fin de Hitler et de ses amis genocidaires.

    Reply this comment

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils