Congo – SNPC : ECOBANK et UBA le danger qui guette ?

Franc CFA

@DR

Le Congo n’en finit pas de susciter l’ire du FMI. La vérité sur les 914 millions $ de dette qu’a encaissé la Société Nationale des Pétroles du Congo est tombée. C’est le total d’un prêt qu’elle a eu auprès d’un consortium de banques africaines. Africa Energy Intelligence révèle les noms de ces banques et les sommes d’argent qu’elles ont prêté à la SNPC.

D’après les révélations d’Africa Energy Intelligence ce prêt est le deal de trop qui a failli faire déraper la visite du Fonds monétaire International (FMI) à Washington le mois dernier : les 914 millions $ souscrit par la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) auprès de neuf banques africaines n’avaient pas été déclarés à l’institution financière internationale, qui a dû réviser le niveau d’endettement du pays (voir n°802 d’Africa Energy Intelligence). 

Une dette qui s’élève à plus de 115% du produit intérieur brut (PIB) congolais, supérieure à la norme d’endettement des pays de la Communauté Économique et Monétaire des Etats d’Afrique Centrale (CEMAC) qui n’environne que les 75% du PIB . Africa Energy Intelligence a obtenu le détail de l’opération, menée par les banques Ecobank (panafricaine) et UBA (nigériane), qui ont respectivement avancé 200 millions $ et 75 millions $ à la société nationale congolaise en charge du pétrole. Mais plusieurs institutions publiques ont également participé au montage : c’est le cas de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale(BDEAC), qui a contribué à la hauteur de 100 millions $ à l’opération, tout comme la Développement Bank of South Africa et la Qatar National Bank, la banque nationale de l’émirat, par ailleurs actionnaire à hauteur de 15% de Total Congo.

Plus surprenant, deux banques privées gabonaises ont apporté près de 130 millions $ à l’opération : d’abord la BGFI (90 millions), mais également de l’Union gabonaise (30 millions). En 2016, la BGFI avait déjà prêté 50 millions $ à la société congolaise de trading Orion Oil de Lucien Ebata, l’un des partenaires privilégiés de la SNPC d’après la publication n°761 du d’Africa Energy Intelligence. 

De ce point de vue, et tenant compte de la crise financière aigue que traverse le Congo et la Snpc, il sera difficile maintenant à tous les partenaires de rentrer dans les différents flux que devraient rapporter ce projet dans les délais requis. C’est ainsi que la banque comme Ecobank, déjà en difficulté dans certains pays comme le Sénégal, le Benin, le Congo risque d’entrer dans la danse. Déjà, l’agence Ecobank Moungali à Brazzaville a fermé ses portes pour cause de charges élevées. La banque nigériane, UBA, quand à elle, est aussi secouée à travers ses différentes représentations. Elle est en pleine action de recouvrement de ses créances auprès de ses différents, assainissement des finances oblige. La question que les congolais se posent si ces banques tiendront-elles le coup ? La peur est maintenant du coté des clients qui paniquent et commencent à retirer à petit tour leurs avoirs sans en attirer l’attention de qui ce soit. Déjà pour Uba poto-poto, l’agence était fermée le samedi dernier pour problèmes techniques, il fallait voire comment les gens se sont dirigés vers Uba centre ville pour comprendre ce qui n’allait pas. Attendons voire.

Par Eric MOUIMAT.

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
CongoECOBANKSNPCUBA

Related Articles

Transport aérien: le Congo sur la liste noire de l’Union européenne

Pas moins de 216 compagnies aériennes, provenant de 19 pays, ont l’interdiction d’exploiter leurs lignes en Europe car leurs avions

Le Congo lance une enquête pour améliorer la gouvernance économique

  La ministre congolaise du Plan, de la statistique et de l’intégration régionale, Ingrid  Olga Ghislaine Ebouka Babackas, a souligné, mardi,

Brazzaville : le nouveau marché Total de Bacongo opérationnel depuis mardi

Les étals en béton de ce marché inauguré en février par le Président de la République ont été occupés depuis

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils