Congo – Santé : Les grands ratés de Jacqueline Lydia Mikolo

La ministre de la santé et de la population, Jacqueline Lydia Mikolo

La ministre de la santé et de la population, Jacqueline Lydia Mikolo| ©DR

Que se passe t-il au ministère de la santé et de la population ? Alors que, sur le plan économique et financier, le Congo traverse une situation bien difficile, l’on observe une autre détérioration du climat social que l’on aurait pu éviter en usant de tact et d’humilité pour prendre langue avec les sommités de la médecine au Congo.

Jamais le personnel et les dirigeants syndicaux du centre hospitalier universitaire de Brazzaville (CHU B) n’ont autant remis en cause l’autorité de la tutelle. « Inaccessible », aux dires des représentants de l’intersyndical du CHUB, Jacqueline Mikolo a t-elle la maturité politique pour faire sienne le viel adage : »gouverner c’est prévoir « ?

En réalité, la vague actuelle de mécontentement dans le secteur de la santé au Congo a commencé par la mauvaise gestion de la défenestration de Ambiero, l’ex directrice générale du CHU B. Un limogeage qui puait abondamment la « politicaillerie ». Surtout depuis que l’ex directrice générale s’était fendue d’une déclaration en privé dans son village à Owando, où elle avait marmoné quelques mots en patois, qu’elle doit sa nomination à un ministre lui-même fils du coin. Il n’en fallait pas plus pour que Ambiero soit dans le ligne de mire des fins limiers sécurocrates.

Selon de bonnes sources, les collaborateurs de madame la ministre de la Santé ont induit leur boss en erreur. Des montants exagérés sur des charges salariales mensuelles du CHUB – plus de 6 milliards de FCFA- ont été ventilés en plein conseil des ministres et, par ricochet, à la presse. Aïe ! Des chiffres faux qui ont d’ailleurs fait promptement réagir le professeur Nkoua Mbon dans le réseaux sociaux. Le montant destiné au paiement du personnel en service au CHUB étant établi à moins de 50% que celui communiqué par les services de madame la ministre de la Santé.

La dernière bourde, selon une bonne source qui assistait discrètement à la conversation entre la ministre de la Santé et son collègue chargé de la communication, a trait à la grève du CHUB. « …Rassure-toi, ne suis pas les histoires qui se racontent dans les réseaux sociaux. Le CHU fonctionne normalement. Il n’est pas fermé. », aurait juré, la main sur le coeur, Jacqueline Mikolo qui s’entretenait alors avec Thierry Moungalla.

Lequel, sans perdre haleine, ni faire vérifier l’information auprès de sources indépendantes, en a fait un tweet. La suite a été fort désastreuse pour la communication gouvernementale. Comment donc madame la ministre de la Santé fait le relais des informations inexactes, sans s’en référer à d’autres sources indépendantes ?

Par Alphonse Ndongo

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
CHUCongoJacqueline Lydia MikoloSante

Related Articles

Coupe du Congo de football : les combinaisons des 16e de finales dévoilées

La commission ad hoc d’organisation des compétitions nationales a décidé d’aller très vite pour la Coupe du Congo 2017. Alors

Brazzaville: Le général Guy Blanchard Okoï élevé à la distinction d’officier de la Légion d’honneur

L’ambassadeur de France en République du Congo, Jean Pierre Vidon, a procédé le 9 décembre à Brazzaville, à la remise

Congo – drame de Chacona : des ONG pour des sanctions contre les coupables

Un collectif d’Ong de défense des droits de l’homme a exigé, mercredi à Brazzaville, des sanctions disciplinaires et pénales contre

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils