Congo – Santé : Jacqueline Lydia Mikolo au CHU et au CNTS, une visite aux airs d’aveux d’impuissance

La ministre de la Santé et de la population, Jacqueline Lydia Mikolo

La ministre de la Santé et de la population, Jacqueline Lydia Mikolo

Le Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville et le Centre national de transfusion sanguine sont en grève. La ministre de la Santé et de la population, Jacqueline Lydia Mikolo y a effectué une visite le 9 octobre, afin de s’assurer de l’effectivité du service minimum. Au CHU, le constat est alarmant. L’établissement n’admet presque plus de nouveaux cas.

C’est un CHU quasiment sans vie, vidé de ses malades, que la ministre Jacqueline Lydia Mikolo a visité, en présence du directeur général de l’établissement.

Au service des urgences par lequel la ministre a démarré sa ronde, l’habituel flux tendu des malades a fait place à des arrivées au compte-gouttes.

Au service de neuro-cardiologie, à peine cinq patients victimes d’accidents vasculaire cérébral (AVC) bénéficient des soins appropriés de la part des professionnels dévoués. Ici, le responsable dudit service, le Professeur Paul Macaire Ossou-Nguiet, a indiqué à la ministre que, malgré le non versement des salaires, le personnel commis à ce service s’emploie sans relâche à administrer des soins aux malades. Tout relâchement serait synonyme d’arrêt de vie.

La visite s’est poursuivie par la pharmacie, le service de pédiatrie nourrissons, suivie du service de néonatologie. Dans ces services, le personnel de santé essaie tant soi peu de prendre soins de malades qui y sont encore internés.

Après ce constat mitigé, la ministre de la Santé s’est rendue au Centre national de transfusion sanguine (CNTS), où à l’instar du CHU, le personnel en grève observe un service minimum pour assurer la mise à disposition des produits sanguins pour les malades.

Après ce constat, la ministre de la Santé et de la population Jacqueline Lydia Mikolo a avoué que « c’est une heure grave pour notre pays, eu égard à la grève déclenchée dans les deux structures sanitaires le CHU et le CNTS ».

Reconnaissant que la grève est un droit prévu par les textes de l’État, la ministre a notifié que ces mêmes textes stipulent que dans les structures sensibles, comme celles de la santé, un service minimum doit être assuré et de manière obligatoire. Jacqueline Lydia Mikolo a déploré le fait que le service minimum instauré au CHU et au CNTS est confronté à plus d’une difficulté du fait que les agents qui animent les services sont menacés par leurs collègues, victimes de pression.

Jacqueline Lydia Mikolo a encouragé tous ceux qui en dépit de difficultés viennent sauver les vies humaines, assurant que le ministère de la santé est à pied d’œuvre pour que le paiement des salaires soit pris en compte par le gouvernement.

Bertrand BOUKAKA
Avec Lesechos

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
CHUCNTSCongoJacqueline Lydia MikoloSante

Related Articles

Congo – Nécrologie : Simon Bantsimba, un des géants de l’arbitrage congolais

Simon Bantsimba Un vieux sifflet s’est tu. Dimanche 19 avril 2015, la mort a prélevé Simon Bantsimba, dit «Vieux Banks»,

Plusieurs sujets au menu de la presse congolaise de ce lundi

La situation de l’opposition congolaise, la sécurité dans le département du Pool (sud de Brazzaville), avec le Pasteur Ntoumi qui

62% sur 600 femmes victimes de violence à Brazzaville

La ministre de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, Mme Catherine Embondza Lipiti,

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils