home Pointe Noire Congo – Santé : 45 agents relévés des caisses de l’hôpital général Adolphe Sicé

Congo – Santé : 45 agents relévés des caisses de l’hôpital général Adolphe Sicé

Image d’archive|DR
Image d’archive|DR

Cette décision a été officiellement rendue publique lors d’une réunion que l’Inspection générale de la santé a eu ce mardi 1er septembre avec l’ensemble des caissiers de cette structure sanitaire.

« Une baisse de productivité liée à une chute des recettes hospitalières était constatée depuis l’an dernier dans cet hôpital. Il y a une déperdition financière importante d’environ 20 millions de francs cfa chaque mois. Dans ces conditions, l’hôpital Adolphe Sicé se trouve asphyxié. En cinq mois au total, l’hôpital perd près de 100 millions de francs cfa alors que les traces de ces sommes figurent bel et bien dans les souches et reçus produits par les services de gestions des malades », a déclaré le professeur Roger Richard Bileckot, Inspecteur général de la santé.

L’orateur a précisé qu’il ne s’agit pas d’un licenciement des agents concernés, même si la culpabilité collective de ces caissiers est pratiquement établie, un auditeur externe interviendra dans les prochains jours en vue d’établir la responsabilité individuelle de chacun d’eux. «Les techniques d’investigation d’audit existent pour établir les faits,  il n’est pas question de sanctionner de la même manière les caissiers qui ont pris des fortes sommes d’argent et ceux qui n’ont peut être rien pris. Nous ne voulons pas des agissements débordants de la part des agents concernés même si l’on a pu constater une certaine attitude de manque de considération  » ,a-t-il conclu.

Signalons que selon  les services de l’inspection générale de la santé, les encaissements mensuels de l’hôpital général Adolphe Sicé oscillent entre 60 et 80 millions par mois. Cette séance de travail de l’Inspection générale de la santé fait suite à deux précédentes autres,  il y a quelques mois à Pointe-Noire. Elles etaient basées notamment sur les approches de solution en vue de réduire le taux de mortalité infantile et une autre sur la disponibilité des médicaments dans les hôpitaux publics, conformément au message du chef de l’Etat et aux orientations du gouvernement de la République.

Séverin Ibara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils