Congo : Que s’est-il passé pour que la compagnie aérienne Ecair ne puisse plus voler?

Congo : Que s’est-il passé pour que la compagnie aérienne Ecair ne puisse plus voler?

Le site Internet congo-liberty.com a publié, la semaine dernière, un article décapant sur Ecair (Equatorial Congo airways), la compagnie aérienne nationale créée à l’initiative du Président de la République Denis Sassou-Nguesso, et qui était promue à un avenir radieux, au regard des investissements et des facilités qui lui étaient consentis par les autorités nationales.

Le site Internet congo-liberty.com se base sur le rapport d’un audit qui aurait été fait en juillet 2016, avant la visite d’Etat du Président de la République en Chine. Selon le journal en ligne, Ecair a été littéralement plombée par son partenaire principal, une société suisse appelée CoEm, dont la facturation annuelle des prestations entre 2013 et 2016 étaient au-delà des chiffres d’affaires annuels réalisés chaque année par la compagnie congolaise.

En 2015 par exemple, le tableau publié indique que le chiffre d’affaires d’Ecair est 82.557.418.701 F Cfa. Les paiements à la société CoEm s’élèvent à 85.872.074.821 F Cfa. Malgré cela, Ecair se retrouve très endettée auprès de cette société qui a fait saisir certains de ses aéronefs à Bruxelles.

Certains lecteurs se demandent si cet article fait partie de la littérature inflationniste habituelle, consistant à dénigrer les autorités congolaises ou s’il rapporte des faits véridiques. Le rapport de l’audit d’Ecair existe-t-il? Invité du journal dominical de Radio-Congo, le 12 mars 2017, à 7h, Paul-Marie Mpouelé, président du parti Les Républicains (opposition modérée), a interpellé les autorités nationales sur ce qui paraît comme un scandale dont les noms de certaines autorités sont clairement cités. Lui répondra-t-on? En tout cas, du côté du gouvernement, c’est encore le silence imperturbable.

(Source)


Tags assigned to this article:
CongoECair

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils