Congo – présidentielle du 20 mars 2016 : Des soutiens de poids au président Sassou Nguesso

Congo – présidentielle du 20 mars 2016 : Des soutiens de poids au président Sassou Nguesso

Image d’archive|Sassou N’Guesso et Joachim Yhombi Opango

Image d’archive|Sassou N’Guesso et Joachim Yhombi Opango

Avant même l’expression de son intention de briguer un nouveau mandat, cette fois-ci quinquennal, au terme de la nouvelle Constitution adoptée le 25 octobre 2015, le président de la République, Denis Sassou-Nguesso, dont la candidature ne fait l’objet d’aucun doute, a déjà reçu des soutiens de poids, au niveau de sa majorité. L’actuel chef d’Etat rassemble au-delà de son parti et contrairement à la configuration politique qui a marqué le référendum constitutionnel du 25 octobre 2015, l’élection présidentielle va se faire sur la base d’une nouvelle configuration qui modifie la donne politique nationale. Mais, dans l’opinion, cela suppose un grand travail, pour concrétiser les soutiens qui lui sont manifestés.

Il n’y a pas de doute qu’au regard des soutiens qui lui sont exprimés, Denis Sassou-Nguesso va aborder, avec confiance,  le scrutin présidentiel auquel sa candidature n’est pas une surprise. A son parti, le P.c.t, et aux deux plateformes qui se sont distinguées par leurs capacités de mobilisation lors du référendum constitutionnel, le M.2.n.r du député Paul Tchignoumba, et la D.n.r (Dynamique pour la nouvelle République), s’ajoutent beaucoup d’autres, si l’on considère les déclarations des partis comme le Club 2002-Pur de Willy Nguesso, le R.c (Rassemblement citoyen) du ministre Alphonse Claude N’Silou, le M.a.r (Mouvement action et renouveau) du député-maire de Pointe-Noire, Roland Bouiti-Viaudo, le R.d.p.s (Rassemblement démocratique pour le progrès social) du ministre Jean-Marc Thystère-Tchicaya, l’U.f.d (Union des forces démocratiques) du ministre Rodrigue Ngouonimba, etc.

D’autres partis comme le M.c.d.d.i de Landry-Euloge Kolélas, Théodorine Miacongo Kolélas et Bernard Tchibambelela, la D.r.d de Hellot Matson Mampouya, le Pulp (Parti pour l’unité, la liberté et le progrès) du député Jean Didace Médard Moussodia et le R.d.d de l’ancien chef d’Etat, Jacques Joachim Yhombi-Opango, regardent dans la même direction.
Lors du référendum constitutionnel, la majorité était divisée en deux tendances. Et même si certains partis qui s’étaient opposés au changement de la Constitution, préférant la révision même totale de la Constitution du 20 janvier 2002, avaient rejoint le P.c.t, d’autres comme le R.c d’Alphonse Claude N’Silou avaient maintenu leur attitude de refus du changement de la Constitution, tout en exprimant leur fidélité au président Denis Sassou-Nguesso.
A l’élection présidentielle, l’on remarque que les forces politiques soutenant l’actuel chef d’Etat s’alignent au grand complet. Même le R.d.d, qui avait juré, par tous les dieux, de ne plus convoler en partenariat avec le P.c.t, en raison des injustices subies, est revenu à ses meilleurs sentiments. Seulement, le parti est en proie à des dissensions internes sur ce choix.
Au-delà de ces soutiens, le travail à la base est immense, vu les réticences qui règnent encore au sein de l’opinion. Toujours est-il que la majorité entend mettre en avant les arguments de stabilité, de paix et de développement qui marquent la direction du pays par le président Sassou-Nguesso, en dépit des aspects critiquables. En 1992, l’alternance, pourtant pacifique, la première du genre depuis l’indépendance, avait, malheureusement, abouti à la désillusion, avec les guerres civiles à répétition, l’exacerbation du tribalisme et de la haine ethnique et les conséquences douloureuses que l’on sait. En tout cas, mêmes si les exigences démocratiques doivent être de mise, le sentiment le plus largement partagé dans le pays est qu’on ne veut plus vivre ces pages noires, les différends politiques devant être réglés dans le dialogue et la paix.

Joël NSONI


Tags assigned to this article:
CongoPrésidentielleSassou N'guesso

1 comment

Write a comment
  1. nganguem victor
    nganguem victor 23 janvier, 2016, 12:33

    quitter les choses avant que les chose te quitte c’est aimer son pays

    Reply this comment

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils