home Congo Congo : près de 2.600 médecins cubains attendus dans quelques mois

Congo : près de 2.600 médecins cubains attendus dans quelques mois

François Ibovi et Manuel Serrano Acosta posant avec les 18 médecins cubains; crédit photo Manga
François Ibovi et Manuel Serrano Acosta posant avec les 18 médecins cubains; crédit photo Manga

Près de 2.600 médecins et professionnels de santé cubains sont attendus au Congo dans les prochains mois, en vue notamment de combler le déficit en personnel soignant qu’accusent les hôpitaux congolais, a-t-on appris jeudi auprès du ministère de la santé et de la population.

La venue de ces professionnels de santé cubains, selon cette information, rentre dans le cadre des accords de partenariats, signés en juin 2013 entre le Congo et Cuba dans le domaine de la santé, en vue de renforcer le système sanitaire national congolais, en proie à plusieurs difficultés.

Ces professionnels de santé cubains vont, en attendant la fin de formation de près de 2000 étudiants congolais en médecine et en santé à Cuba dans le cadre de ce même accord, exercer dans les 12 hôpitaux généraux en cours de construction dans les douze départements que compte le Congo, et dont les travaux, très avancé, sont en voie d’achèvement.

En attendant l’arrivée des 2600 médecins et autres professionnels de santé cubains, ce sont 18 autres médecins cubains qui sont arrivés au Congo mardi, en vue de remplacer leurs compatriotes, précédemment en service dans certains hôpitaux congolais et dont le mandat était arrivé à expiration.

Parmi eux, quatre font partie d’une équipe de 192 autres médecins cubains qui vont travailler prochainement à l’hôpital spécialisé de la ville d’Oyo, dont l’inauguration par le président congolais, Denis Sassou Nguesso, aura lieu en mars prochain.

En effet, le Congo connait depuis plusieurs décennies un déficit en agents de santé. Cette insuffisance du personnel soignant dans les hôpitaux congolais qui affecte sérieusement la prise en charge des malades et leurs chances de guérison, est à l’origine du fort taux de mortalité observé dans le pays.

(Avec Xinhua)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils