Congo – Pool : « pour moi il n’y a pas de crise… » estime le président Denis Sassou N’Guesso

Congo – Pool : « pour moi il n’y a pas de crise… » estime le président Denis Sassou N’Guesso

Le président Denis Sassou N’Guesso a lancé, le 9 novembre à Brazzaville, un appel aux populations et dirigeants politiques du Pool de rejoindre le gouvernement dans ses efforts de recherche en vue de l’arrestation du pasteur Ntoumi et de ses partisans.

« Je dois demander aux populations et aux dirigeants politiques du Pool de se mettre avec le président pour isoler Ntoumi et ses partisans. Que nous nous mettions tous à le rechercher dans les buissons des forêts où il se cache et qu’on le mette hors d’état de nuire », a-t-il déclaré.

Pour le chef de l’Etat congolais, le Pool ne vit pas actuellement une situation de crise mais plutôt une forme de banditisme. « Pour moi, il n’y a pas de crise. Le pays va continuer sa marche et va se construire. Le programme que le président a annoncé pour le peuple va se réaliser », a-t-il indiqué.

S’adressant toujours aux populations et dirigeants politiques du Pool, le président de la République a souligné qu’«au lieu de fuir, d’avoir peur, ils ne peuvent pas jouer double jeu. Ils doivent prendre position clairement. Qu’ils se mettent avec le président. On isole Ntoumi, on le cherche comme tous les bandits. On ne va pas le tuer mais, on l’emmènera à la justice et il répondra de ses actes ».

Le pasteur Ntoumi et ses partisans se sont retranchés dans le Pool après les attaques du 4 avril dernier dans les quartiers sud de Brazzaville. Ces attaques ont fait 17 morts dont des éléments de la police, ainsi que d’importants dégâts matériels.

Depuis leur retranchement dans le Pool, le pasteur Ntoumi et ses fidèles multiplient des exactions. Ils attaquent les positions de la force publique, arrêtent les populations civiles et incendient des véhicules de particuliers sur la voie publique.

Le procureur de la République près le tribunal de grande instance de Brazzaville, André Gakala Oko, avait émis un mandat d’arrêt contre le pasteur Ntoumi et deux de ses lieutenants, notamment Gozardio son frère cadet et le pasteur Elie.

Christian Brice Elion


Tags assigned to this article:
CongoDenis Sassou N’GuessoPoool

2 comments

Write a comment
  1. MOUANDA TOUADI
    MOUANDA TOUADI 11 novembre, 2016, 10:55

    Bjr je me nomme Chabrin MOUANDA etudiant en Inde j aimerais juste a ajouter ceci son excellence Monsieur Denis SASSOU NGUESSO il sera claire de travailler avec ceux du pool afin d’arreter TOUMI, parceque TOUMI maitrise mieux le pool plus que tout le monde et l’attraper facilement je ne pense pas, parceque la pagaille qui se passe au niveau du pool est tomber sur le gouvernement j’encourage son excellence pour les precautions prises

    Reply this comment
  2. Samba Diandoba Brunide Grace
    Samba Diandoba Brunide Grace 11 novembre, 2016, 22:39

    Quelle désolation!!! Si le Congo ne vit pas actuellement une crise alors,pourquoi les forces de l’ordre public sont-ils déploie dans la zone Sud du pays??? Je croyais que le Congo était une Nation,serait-ce qu’une tromperie de la part des medias qui nous font croire que le Congo est une nation??? Et moi qui croyait que le Président de la République du Congo a le monopole dans son territoire national et qu’il existe qu’un et unique Président dans tout le territoire congolais.Comment est-ce possible qu’il ait d’autres dirigeant dit « les dirigeants du Pool »????? Et si réellement ce qui ce fait au Pool est une forme de Banditisme,pourquoi l’armée Congolaise se sente obligé ou impliquée sur ce problème,ne serait-ce pas aux forces de police et à la gendarmerie de s’occuper????SvP,arrêtez de nous divertir,cesse ces massacres au Pool.

    En tant que Congolais ne voulant plus de tueries dans nos villages ni des arrestations arbitraires,d’où tout un congolais vit dans l’inquiète et dans la peur que les voleurs des policiers abusent de leurs Pouvoirs chaque soir pour trouver de quoi nourrir leurs enfants.Non,non et non,nous voulons un Congo sont distinction de tribus ni d’ethnies.Mais nous voulons un Vrai « Kongo ».

    Reply this comment

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils