Congo: passe d’armes entre le ministre de la Jeunesse et le Colonel André Fils Obami

Destinée Ermela Doukaga, ministre de la Jeunesse et de l’Education civique

Destinée Ermela Doukaga, ministre de la Jeunesse et de l’Education civique

Ça a volé très bas entre Destinée Ermela Doukaga, ministre de la Jeunesse et de l’Education civique et le directeur général adjoint de la Police, André Fils Obami Itou. Dans un entretien téléphonique, ces deux personnalités auraient échangé des mots pas du tout courtois sur des questions liées à la sécurité. Au point que la ministre aurait versé des larmes, menaçant du coup l’officier de police.

Au début de l’entretien, ce sont des interrogations d’abord. Le ministre de la Jeunesse, Destinée Ermela Doukaga contacte le colonel André Fils Obami Itou afin de lui expliquer pourquoi il aurait classé le courrier “sans suite”. Selon les propos du ministre, le courrier aurait été adressé à la police pour solliciter de l’institution la sécurisation des services du ministère. Etonnement. Le colonel André Fils Obami Itou de s’interroger sur le nom du chef de sécurité qui serait venu lui voir pour discuter de sécurité au sein des servives du ministère. “Il a même un papier sur lequel votre secrétaire a mis un cachet et lui as dit que le courrier est classé sans suite”, parle ainsi le ministre à André Fils Obami Itou, qui ajoute qu’il n’est pas au courant et que la police n’a pas à vocation de garder le ministère “si on en sortirait pas”. “Ce n’est pas notre vocation”, précise le colonel, ajoutant que le cachet est un accusé de réception et qu’il n’ a jamais reçu de courrier. Le ministre de demander la démarche à adopter pour avoir des policiers à leur service, à l’image des ministères environnants. “Demandez-leur. Sincèrement, ce n’est pas la vocation de la police. Cela fait deux ans que je n’ai pas envoyé de policiers dans un ministère”, répond le colonel. 

Puis, le ton de la conversation monte. Le ministre de rappeler son rang de ministre et le fait que le courant n’a jamais bien marché entre lui et le policier. “Impoli, fils à papa, souci particulier”, le ministre se lâche envers le colonel qui garde un long silence. Durant une minute au téléphone, le ministre déverse sa colère sur André Fils Obami Itou, qui indique qu’il veut répondre. “Je me plaindrais auprès du président de la République”, dit Destinée Ermela Doukaga, au bord des larmes. “Merci Madame”, lance le colonel sans avoir eu le temps de répondre. 

Cette conversation montre le climat tendu existant dans l’administration congolaise. Pourtant, en 2016, lors de son discours d’investiture, le président congolais Denis Sassou à créer “la rupture avec les mentalités déviantes et les comportements pervers du passé: la paresse, le laxisme, l’irresponsabilité, l’inconscience, la corruption, la fraude, la concussion, l’ethnocentrisme, le népotisme”. 

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
André Fils ObamiCongoDestinée Ermela Doukaga

Related Articles

Congo-Brazzaville : décembre, un mois noir pour la paix

Le mois de décembre est passé, avec lui l’année 2014. Depuis 1998, ce mois  dernier mois de l’année a  marqué la

Congo-Force publique: la construction des casernes militaires exécutée à environ 57%

Exécutés sur trois sites différents, les travaux  de construction de nouvelles casernes et bases militaires de Tsiélampo s’exécutent normalement. Le

Manoukou-Kouba répond, au nom du P.c.t, à Bowao, sur Radio-Congo

Après la fracassante sortie de Charles Zacharie Bowao sur R.f.i, le 18 mars 2015, la réaction de son parti, le

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils