home Congo, Politique Congo – Parfait Kolélas sollicite la grâce présidentielle pour le général Mokoko

Congo – Parfait Kolélas sollicite la grâce présidentielle pour le général Mokoko

L’opposant congolais Guy-Brice Parfait Kolélas, arrivé deuxième au terme de la présidentielle du 20 mars, a sollicité vendredi la grâce présidentielle en faveur du général Jean-Marie Michel Mokoko, en détention préventive depuis mi-juin, après son inculpation pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’État ».

« Le général Mokoko n’a pas sa place en prison. J’espère que le 15 août (date marquant la célébration de l’indépendance du Congo, ndlr), une grâce présidentielle lui sera accordée », a déclaré M. Kolélas au cours d’une conférence de presse à Brazzaville.

« Les faits qui lui sont reprochés sont très anciens parce qu’il a été longtemps nommé à des hautes fonctions par le président Denis Sassou Nguesso », a-t-il ajouté. « Je regrette ce qui se passe. C’est déshumanisant. Le président de la République doit prendre de la hauteur et rassembler » les Congolais, a insisté M. Kolélas.

Le général Mokoko a été inculpé le 16 juin pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’État » et « détention illégale d’armes et munitions de guerre ». Ancien chef d’État-major des armées du Congo de 1987 à 1993, passé par l’École supérieure militaire de Saint-Cyr, en France, le général Mokoko a été jusqu’à début février représentant spécial de la présidente de la Commission de l’Union africaine (UA) en Centrafrique.

Il a démissionné début février de son poste de conseiller du président Sassou Nguesso chargé des questions de paix et de sécurité, qu’il occupait depuis 2005, pour se porter candidat à l’élection présidentielle de mars, où il a recueilli moins de 14% de voix. Initialement prévu en juillet, ce scrutin a été ramené au 20 mars par M. Sassou Nguesso qui l’a remporté avec plus de 60% des voix, résultats officiels qualifiés de « forfaiture » par cinq candidats d’opposition, dont le général Mokoko.

Ce dernier est mis en cause dans une vidéo tournée en 2007 le montrant discutant d’un plan visant à chasser M. Sassou Nguesso du pouvoir avec un homme dont on ne voit pas le visage et se présentant comme appartenant au service de renseignement extérieur de la France (la DGSE).

Dans un entretien à l’AFP en mars dernier, le général Mokoko avait indiqué qu’il s’était fait « piégé » dans cette affaire de vidéo, ajoutant que la question avait été « réglée en famille » avec le président Sassou Nguesso.

© Belga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils