home Brazzaville Congo – Monnaie : les vendeurs au marché invités à mieux conserver les billets de banque

Congo – Monnaie : les vendeurs au marché invités à mieux conserver les billets de banque

billets de banque FCA
Les vendeurs au marché invités à mieux conserver les billets de banque

La Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) annonce depuis quelques jours, à travers un communiqué, la mise en circulation dans peu de temps, d’un volume limité des billets de 500F, 1000F et 2000F. les responsables de la banque estiment que le vieillissement des billets en circulation est souvent précipité par la mauvaise manipulation ou le mauvais traitement que leur reservent les usagers, en particulier les vendeurs des marchés. Plusieurs ponténegrins estiment que ceux-ci devraient opter pour des habitudes permettant une meilleure conservation des coupures.

L’année dernière, une forte proportion de billets de banque (500F, 1000F, et 2000FCA)  en circulation dans le pays et particulièrement à Pointe-Noire avait vieilli  (froissés, déchiquetés et décolorés). Ceux-ci, jugés impropres à la consommation ont posé problème dans les transactions commerciales.  Ils ont été un sujet de polémiques et des disputes surtout entre vendeurs et acheteurs, chauffeurs de transport en commun et clients. Tout le monde voulait s’en débarrasser à la première occasion, mais  personne n’en voulait, même pas la vieille vendeuse du coin de la rue. Heureusement, la majorité de ces billets a été retirée du marché.

Les coupures qui seront mises en circulation par la BEAC ont « bénéficié d’un traitement de surface spécifique, visant à les protéger contre toute forme de vieillissement précoce et permettre leur traitement mécanisé par la suite». Mais ce n’est pas pour autant dire que l’on peut se permettre de tout dans la manipulation de ces billets qui, tenant compte des services qu’ils rendent, de leur importance dans la vie de chacun, devraient bénéficier d’un peu plus d’attention et être bien conservés pour qu’ils puissent longtemps servir, a estimé Edgar, père de famille, avant  d’interroger :« Qui ne s’est jamais senti un jour, fier de présenter de beaux billets de banque pour une transaction, ou ne s’est jamais senti un peu gêné de sortir de sa poche un vieux billet froissé avec une forme douteuse ?».

Le constat est que, tout le monde préfère les beaux billets, mais nombreux ne savent pas les conserver. Pour bon nombre de ponténegrins interrogés, les vendeurs de poisson et légumes frais des marchés de la ville figurent en tête de liste des mauvais manipulateurs et conservateurs des billets de banque. « Peu sont les vendeurs ayant des lieux appropriés pour garder leur argent. Souvent ils les mettent là où ils disposent leur marchandise et ce sont des billets mouillés et sentant le poisson qu’ils nous rendent comme différence. Et quand ils les mettent dans un sac, c’est une boule de billets bien froissés qui se forme », a expliqué Anicet, habitant le quartier Fouks ( Mvou-Mvou), invitant ceux-ci à opter pour des habitudes et méthodes favorables à la bonne conservation desdits billets.

Ensuite viennent les autres vendeurs (poisson fumé, huile et autres), ainsi que les femmes et les jeunes qui rangent souvent mal les billets dans leur sac, leur porte monnaie ou leur poche.  Un interviewé qui a recquis l’anonimat, a aussi déploré la thésaurisation de l’argent qui participe aussi à la dégradation rapide des billets:  » Le temps où on gardait des grosses sommes d’argent est révolu. Aujourd’hui nous avons beaucoup de banque où ils peuvent être gardés en toute sécurité », a t-il estmé. Par contre, les receveurs des bus dans les transports en commun se distinguent depuis un certain temps par leur méthode de conservation des coupures : «Souvent ils mettent les billets de même valeur ensemble, les pièces de monnaie aussi ensemble. Cela leur facilite la tâche pendant le travail et au moment de verser la recette», a loué le jeune Habib. Les hommes adultes et les vieux sont parmi ceux qui prennent mieux soins des billets. Ils sont précédés des caissiers (super marché, pharmacies, entreprises…), des commerçants, hommes d’affaires et bien d’autres.

« Comme  tout le monde veut toujours avoir de beaux billets, il convient, que chacun prenne le soin de bien les conserver, même si, comme il est prévu, ils doivent après une certaine période être retirés du marché. Il faut faire de sorte que leur viellissement et leur retrait ne soit pas précoce », conclut Habib.

© Adiac-Congo

TAGS:
Photo du profil de Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils