Congo – Mokoko : « J’ai mes chances de remporter la présidentielle»

Congo – Mokoko : « J’ai mes chances de remporter la présidentielle»

Le général Jean-Marie Michel Mokoko

Le général Jean-Marie Michel Mokoko

Le général Jean-Marie Michel Mokoko, ancien chef d’état-major au Congo, ancien chef de mission en Centrafrique et ancien Conseiller de Denis Sassou Nguesso est engagé dans la course à l’élection présidentielle prévue pour le 20 mars prochain. Même s’il n’a pas de parti politique, le général peut se prévaloir d’un long parcours politique et compte s’en servir pour accéder à la magistrature suprême de son pays.

“Je sens quand même qu’il y a autour de mon nom un certain engouement. Et moi, je suis confiant. Si nous réussissons, au niveau de tous ceux qui sont pour l’alternance démocratique dans notre pays, à mutualiser nos efforts pour sécuriser les résultats de ce scrutin», a-t-il dit mercredi sur RFI. Avant d’ajouter avec optimisme: «Je pense que j’ai mes chances »..
 
Jean-Marie Michel Mokoko compte battre Denis sassou Nguesso à l’issue du scrutin présidentiel. Le militaire estime que sa carrière lui donne l’avantage de bien connaître la force publique et d’avoir réfléchi à la manière de faire que la relation armée-population, armée-peuple, soit revue et corrigée.
Même si le général n’estime pas être le seul candidat crédible face au candidat Sassou-Nguesso, il se réjouit de l’engouement que suscite sa candidature.
Revenant sur l’affaire de tentative de coup d’Etat dans laquelle il est poursuivi par la justice, affaire née d’une vidéo datant de 2007 qui montre que le général aurait participé à Paris à une réunion visant à renverser le président Sassou-Nguesso par la force, le candidat Mokoko dénonce une affaire politique.
«Quand vous regardez cette vidéo, ce n’est pas une vidéo préparée sur la base d’un plan bien conçu. Supposons même qu’on considère que l’intention était une intention sérieuse, elle n’a pas été suivie d’une phase de matérialisation, d’exécution. Et cette vidéo date des années 2007. Pour qu’on la ressorte aujourd’hui, alors qu’à un moment nous avons eu une séance au cabinet du président de la République, je suis sorti de cette séance avec le sentiment que c’était un problème qui avait été réglé en famille. Donc, en sortant de là, lorsque nous avions visionné cet enregistrement, je n’ai pas eu le sentiment que la République avait été mise en danger, puisque après, j’ai connu des promotions, j’ai même été détaché à l’Union africaine avec l’appui des autorités de mon pays», détaille Jean-Marie Mokoko.
Pour lui, si cette affaire était compromettante, c’est depuis 2007 qu’on l’aurait interrogé comme c’est le cas aujourd’hui.
Prenant le contre-pied de Denis Sassou-Nguesso qui affirme avoir ramené la paix depuis 1997, le général Mokoko estime que la paix n’est pas seulement l’absence d’un conflit armé.
«La paix, c’est aussi dans les esprits et les cœurs. La paix, aussi, c’est la bonne gouvernance. La paix, aussi, c’est d’organiser les élections dans les conditions où le peuple est assuré de ce que son vote est interprété comme il voudrait qu’on l’interprète», a-t-il dit.
L’ex conseiller de Sassou Nguesso dénonce également la mauvaise organisation du scrutin qui ne respecte pas les principes d’équité et de transparence.
«Le logiciel qui va calculer et afficher les résultats est un logiciel qui n’a pas fait l’objet d’un appel d’offres public comme ça se passe ailleurs. On ne sait pas où se trouve le matériel informatique », dénonce-t-il.
M. Mokoko ne voit pas le président Denis Sassou-Nguesso gagner au premier tour comme ce dernier l’affirme tout au long de la campagne.
« C’est impossible quand on voit la qualité de notre électorat, qui est régionaliste, où chacun a un fief, etc. Alors, qu’il dise gagner au premier tour, ça c’est une gageure et je pense que si ça devait se passer, ce serait l’objet de manipulations », précise le candidat Mokoko.

 


Tags assigned to this article:
CongoMokoko

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils