home Politique Congo: l’opposition politique rejette les consultations proposée par Sassou

Congo: l’opposition politique rejette les consultations proposée par Sassou

l’opposition congolaise
Image d’archive|L’opposition congolaise

Les responsables des partis et associations politiques de toutes obédiences  ont réagi au communiqué de la Présidence de la République annonçant le  début à partir de mercredi 20 mai des larges consultations dans la perspective de l’élection présidentielle de 2016.

La Rédaction des Dépêches de Brazzaville  a joint au téléphone  les acteurs politiques de toutes obédiences confondues pour obtenir  leurs réactions suite à cette annonce présidentielle. Les partis de l’opposition congolaise réunis au sein du Front pour l’alternance démocratique et la gouvernance électorale rejettent cette proposition du chef de l’Etat. Ils proposent, par contre, la convocation d’un dialogue national inclusif consacré aux questions de la gouvernance électorale.

Par contre, le secrétaire général du parti congolais du travail (PCT), Pierre Ngolo a indiqué que le chef de l’Etat a écouté l’appel des partis et associations de la majorité présidentielle qui  l’invitaient  à convoquer, dans les plus brefs délais, un dialogue national inclusif devant mettre autour d’une même table les acteurs politiques congolais de tous bords. Ces consultations constituent, a-t-il renchéri, des pré- dialogues.

Il a signifié que le PCT part à ces assises sans un préalable, laissant au président de la République, initiateur de ces rencontres, la latitude de décliner l’ordre du jour des échanges. Invité à s’expliquer sur le point relatif aux  rencontres groupées des acteurs politiques ou de les réunir de  manière séparée, le secrétaire général du PCT a précisé que le chef de l’Etat, qui a convoqué ces assises, déterminera lui-même  la démarche qui convient pour les conduire.

De son côté, le président de la Convention nationale des partis républicains, Nicéphore Fylla de Saint-Eudes pense que sa plate-forme politique accueille favorablement cette idée. Il a souhaité qu’au cours de ces consultations qu’il soit évoquées des questions liées à la réforme institutionnelle, à la gouvernance électorale et au calendrier électoral, parce que, a-t-il précisé, le président de la République avait déclaré que l’élection présidentielle aura lieu en 2016 et les législatives en 2017, en application des recommandations de la concertation de Dolisie. Nick Fylla a précisé que sa plate-forme n’a pas de préalables à présenter à ces consultations.

Pour la Convention nationale des républicains(CNR) du président Fréderic Bintsamou alias « Pasteur Ntumi », cette initiative obtient son assentiment dans la mesure où le CNR est parmi les premiers à avoir sollicité la convocation d’un dialogue national inclusif. Ainsi, en attendant de publier une déclaration officielle, le mouvement du « pasteur Ntumi » salue l’initiative du président de la République.

Les partis du Centre apprécient  la convocation de ces consultations nationales. Car, a dit, Jean Michel Bokamba Yangouma,  ce groupement de partis et associations avait toujours plaidé pour la solution idoine au débat sur le changement ou non de la Constitution du 20 janvier 2002. D’où la création par les partis du centre, a-t-il renchéri, de  l’initiative nationale pour l’apaisement.

Pour Jean  Michel Bokamba Yangouma, ces consultations préparent le dialogue national inclusif que son parti avait appelé de tous ses vœux. Elles conduiront, a-t-il dit, assurément à la convocation de ces assises.

© Adiac-Congo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils