Congo: l’OIF échange avec la classe politique pour un scrutin « apaisé »

Congo: l’OIF échange avec la classe politique pour un scrutin « apaisé »

Michel Kafando

Michel Kafando, le chef de la délégation de l’OIF à Brazzaville

Une délégation de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) conduite par Michel Kafando a échangé le 14 mars avec le secrétaire général du Parti congolais du travail (PCT), Pierre Ngolo.

Le chef de la délégation de l’OIF a indiqué à la presse, à la fin de l’audience, que sa visite à Brazzaville s’inscrit dans le cadre de la  prise de contact avec les acteurs impliqués dans le processus électoral, en vue de les appeler à préserver le climat de paix et  de  sécurité au Congo.

« Nous ne constituons pas une mission d’observation électorale. Mme la secrétaire générale de l’OIF, Michaëlle Jean  nous a demandé de se rendre au Congo pour témoigner de l’importance que notre organisation accorde à l’élection présidentielle qui aura lieu le 20 mars. Elle tient compte du fait que le Congo est un pays très important dans l’espace francophone.  Le Congo a une responsabilité dans les affaires africaines », a déclaré Michel Kafando, envoyé spécial de la secrétaire générale de la Francophonie.

L’OIF est obligée, a-t-il indiqué, au regard de ce que je viens de vous dire, d’accompagner les Congolais afin que l’élection présidentielle se déroule dans la paix et la sécurité.

« Je suis venu m’entretenir avec le secrétaire général du PCT pour le lui  dire. Je vais échanger également avec les autres acteurs impliqués dans le scrutin.  L’OIF veut que l’élection présidentielle du Congo serve d’exemple pour l’Afrique. Si ce scrutin réussit, c’est une réussite pour l’Afrique. Nous rencontrerons également le président de la République qui est lui aussi candidat  », a-t-il renchéri.

A la question de savoir si l’OIF enverra des observateurs pour le scrutin du 20 mars, Michel Kafando a répondu : «  Je ne sais pas. Elle a encore quelques jours pour le faire. Je répète que le but de notre mission est d’appeler les acteurs politiques congolais à demeurer dans la paix pendant et après l’élection présidentielle », a-t-il conclu.

Rappelons que Michel Kafando a dirigé la transition Burkinabé intervenue après la chute de Blaise Compaoré en octobre 2014 par insurrection populaire.

Roger Ngombé


Tags assigned to this article:
électionMichel KafandoOIFPrésidentielle

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils