Congo : les véhicules aux vitres fumées désormais interdits de circulation

Congo : les véhicules aux vitres fumées désormais interdits de circulation

Les véhicules aux vitres fumées désormais interdits de circulation|DR

Les véhicules aux vitres fumées désormais interdits de circulation|DR

Par décision administrative, le Ministère de l’intérieur et de la décentralisation a interdit la circulation, par souci de sécurité publique, des véhicules aux vitres latérales fumées. Cette décision,  qui n’a malheureusement pas été rendue publique jusque-là, est mise en application par la police routière, depuis la semaine dernière, dans la capitale Brazzaville.

Les véhicules aux vitres latérales et arrière fumées ou sur-teintées sont arrêtés et placés en fourrière. Seulement, la réglementation ne semble pas avoir prévu les amendes à payer ou la procédure à suivre, pour se mettre en règle. Conséquence: malgré cette opération, qui se déroule de manière timide, les véhicules aux vitres fumées de manière parfois opaque circulent en toute liberté dans les villes congolaises.

Selon la règlementation, rien n’interdit à un automobiliste de mettre un film teinté ou fumé sur les vitres latérales et arrière de son véhicule. Le phénomène est devenu une mode dans la circulation routière, où l’on voit des véhicules de luxe, des grosses cylindrées 4×4 appartenant à la bourgeoisie étatique, avec des vitres fumées parfois de manière très opaque qu’il n’est pas possible de voir le chauffeur et ses passagers à bord. Le filmage des vitres latérales et arrière est prisé par les autorités publiques elles-mêmes, pour passer inaperçu. On évoque, parfois, des raisons de sécurité pour justifier les vitres fortement teintées. Dans les milieux de la force publique, les officiers eux-mêmes s’y sont lancés. Depuis, le phénomène a atteint les milieux privés. De plus en plus de voitures aux vitres teintées de façon très foncée envahissent la circulation routière.
Or, depuis la multiplication des attentats à travers le monde et en Afrique, avec Boko Haram, les véhicules aux vitres fumées sont devenus une menace à la sécurité publique. Après la série d’attentats qui a ensanglanté la région parisienne, en novembre dernier, le gouvernement français a pris la décision d’interdire «le surteintage des vitres latérales avant des véhicules», à partir du mois de janvier prochain. Un décret est attendu, à ce propos, au nom de la sécurité routière. Des amendes sont prévues aux contrevenants à cette mesure.
Au Tchad, depuis les attentats sanglants du mois de juin dernier, les véhicules aux vitres fumées sont désormais interdits de circulation. En effet, l’un des véhicules qui était rentré à l’école de police de N’Djaména et qui avait explosé avait des vitres fumées.
Le gouvernement de Brazzaville a préféré prévenir, en prenant la mesure d’interdire la circulation des véhicules aux vitres opaques. Seulement, cette décision, qui n’a pas jusque-là été annoncée de manière officielle, n’est que, timidement, appliquée. Pour l’instant, on remarque que ces véhicules circulent librement, alors qu’ils devraient être retirés de la circulation ou, en tout cas, se débarrasser du filmage de leurs vitres. A moins qu’on ne tombe dans la pratique malheureuse «de deux poids deux mesures», cette interdiction devrait frapper tout le monde sans exception: autorité comme simple citoyen, car tout le monde est égal devant la loi. A quand la disparition, dans la circulation routière, des véhicules aux vitres fumées? Un délai raisonnable devrait être annoncé. Lutter contre ce phénomène, c’est garantir la sécurité publique, car on ne sait jamais: à l’intérrieur d’une voiture aux vitres opaques peuvent circuler de présumer terroristes capables de mitrailler une terrasse de café, avant de s’enfuir.

MM.


Tags assigned to this article:
Congointerditsvéhiculesvitres fumées

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils