home Congo, Économie Congo: les prix des produits congelés revus à la baisse

Congo: les prix des produits congelés revus à la baisse

Les prix des produits congelés revus à la baisse
Les prix des produits congelés revus à la baisse

Depuis plus de deux semaines, on constate une baisse considérable des prix des produits frais sur le marché. Les cartons de poulet, cuisse de poulet, côtes, aile de dinde, tripes… dont les prix variaient entre 10.000F et 25000FCFA ont complètement chuté. A quoi serait due la baisse des prix de ces produits que raffolent bon nombre de Congolais ?

Interrogé sur la question, quelques responsables des chambres froides rencontrés à leurs postes de travail ont avancé diverses raisons. Pour certains, c’est dans le souci de libérer leurs dépôts devenus saturés qu’ils ont baissé les prix. D’autres par contre font référence à la concurrence due à la prolifération des chambres froides. « La concurrence est la seule raison pour laquelle nous avons baissé les prix de nos produits. Si notre adversaire immédiat a baissé les prix, nous sommes obligés de faire autant si nous tenons à évacuer notre marchandise », a indiqué un des gestionnaires de la chambre froide Guenin, ayant requis l’anonymat.  

Et à un boucher à Talangaï, Maxime, de relever que ce ne sont pas tous les produits qui ont baissé de prix. « Le carton de queue de bœuf coûte toujours 31000F et celui de viande arrière 63000 FCFA. Malgré ce fait, le bénéfice est mieux qu’avant ».

Un autre son de cloche auprès des commerçantes qui se plaignent du faible pouvoir d’achat. « Certes le carton de cuisse est ramené à 8000F au lieu de 10000F et les cotes de 18000 à 15000F. Les clients se font rares, l’argent ne circule pas », s’est plaint caroline, une vendeuse au marché Mikalou.

« Avant, je pouvais vendre trois cartons de poulets par jour, mais depuis quelques temps, j’ai du mal à évacuer ne fusse qu’un carton. C’est dur !», a renchéri Josiane, une vendeuse au marché de Ouénzé.  

Chargé du suivi régulier des prix des produits de première nécessité sur le marché national, le ministère du Commerce et des approvisionnements également abordé à ce sujet a apporté quelques indications. Le directeur des approvisionnements de la distribution et des prix, Gaspard Mouyabi Mbaya a abondé dans le même sens que les responsables des chambres froides en reconnaissant que l’augmentation du nombre d’importateurs (une dizaine) et de grossistes, disposant de stocks importants dans leurs chambres froides constitue aussi l’une des raisons de la baisse de prix.  « C’est au bout de 60 jours voire trois mois que le commerçant reçoit de son fournisseur une commande supplémentaire, c’est la règle du marché.  D’où, la nécessité de déstocker », a -t-il expliqué. Par ailleurs, le directeur général du commerce intérieur, Michel Kounga, justifie la baisse des prix des produits sur le marché par la réduction des coûts à l’importation. « Certes il y a la concurrence mais cela n’a pas beaucoup d’incidences. Il faut retenir que depuis la chute du baril du pétrole, les prix des produits alimentaires ont baissé sur le marché mondial », a-t-il relevé.

La tutelle a profité pour féliciter les importateurs souvent taxés de spéculateurs de faire preuve de bonne foi pour l’intérêt du consommateur congolais. « Depuis le mois de décembre les commerçants ont fait preuve d’honnêteté. Ils nous démontrent que leurs prix sont fixés par rapport aux coûts à l’importation », a ajouté le directeur général du commerce intérieur.

Facteur de développement, les infrastructures routières ont toujours eu un impact positif sur l’activité économique d’un pays. L’ouverture en début de ce mois, de la nationale N°1 Brazzaville-Pointe à partir de Yé, au nord, est à prendre en compte.

Lopelle Mboussa Gassia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils