Congo : Les parlementaires invités à s’impliquer dans la mise en œuvre de l’accord conclu avec le FMI

Image d’archive|Les députés en plénière

L’ambassadeur de France au Congo, Bertrand Cochery, a invité, mercredi à Brazzaville, les parlementaires congolais à s’impliquer dans la mise en œuvre de l’accord conclu avec le Fonds monétaire international (FMI), à l’issue d’un entretien avec le président du Sénat, Pierre Ngolo, a annoncé la radio publique.

« La mise en œuvre du programme du FMI supposera une forte implication des deux Chambres du parlement », a déclaré le diplomate français, avant d’ajouter : « Et maintenant, une nouvelle page commence et ce sera celle d’amitié entre la France et le Congo ».

Le 11 juillet dernier, le FMI a approuvé un programme de trois ans du Congo. Cet accord, d’un montant de 448,6 millions de dollars (399 millions d’euros) sur trois ans, « doit permettre à la République du Congo de retrouver une stabilité macroéconomique et de poser les bases d’une croissance plus forte et plus inclusive », estime le FMI dans un communiqué, rappelle-t-on.

Cette signature, en présence du ministre des Finances, Calixte Ganongo, met un terme à plus de deux ans de négociations entre Brazzaville et l’institution de Bretton Woods.

Les discussions, engagées en mars 2017, avaient en effet été suspendues quelques mois plus tard, après la découverte par le FMI de l’ampleur de la dette du Congo.

Le FMI avait depuis conditionné son retour à une politique de rigueur budgétaire et d’assainissement des finances publiques, ainsi qu’à une renégociation de la dette du Congo auprès de ses créanciers.

Avec PANA 

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.



Related Articles

Congo – AprA?s la publication de la liste des partis et associations politiques : A�a grogne dans les rangs de A�la��autreA� opposition !

Parmi ces partis protestataires figurent: la��UPRN de Mathias Dzon, le CAP de Jean Itadi et Christophe Moukoueke, la��UP de Jean

Congo: des ONG demandent la libération d’un journaliste

Deux organisations de défense et de protection des journalistes ont adressé une lettre ouverte au chef de l’Etat congolais Denis

Congo : Brazza n’est pas Ouaga… Et Sassou n’est pas Compaoré

Alors que la présidentielle approche, partisans et opposants à une nouvelle Constitution durcissent le ton. La révolte burkinabè à l’esprit,

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils