home Politique Congo: Les jeunes du parti au pouvoir accusent l’opposition d’instumentaliser la peur

Congo: Les jeunes du parti au pouvoir accusent l’opposition d’instumentaliser la peur

Image d’archive|DR
Image d’archive|DR

Le premier secrétaire de Force montante congolaise (FMC), regroupement des jeunes du Parti Congolais du Travail (PCT au pouvoir), Juste Bernardin Gavet, a condamné, au cours d’une conférence de presse samedi, les actes de vandalisme perpétrés par des bandes organisées dans certains quartiers de Brazzaville.

Selon lui, ces actes n’honorent pas Brazzaville qui sera sous peu la capitale de l’Afrique, à l’occasion des 11ème Jeux africains de septembre prochain.

Juste Bernardin Gavet a appelé les populations « à plus de vigilance et à dénoncer toute personne coupable des tels actes afin qu’elle soit livrée aux services de police ».

Il a accusé les opposants hostiles à un changement constitutionnel qui permettrait au président Denis Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat, d’instrumentaliser la peur et la psychose dans le pays.

Selon lui, les opposants sont des « marchands d’illusions » qui promettent le chaos en donnant quitus à des actes de vandalisme qui perturbent la quiétude sociale ».

« La jeunesse congolaise est une jeunesse responsable et l’agitation créée par les tenants du non au changement de la constitution du 20 janvier 2002 en appelant le peuple congolais à la résistance, n’impressionne en rien la jeunesse congolaise qui est consciente de son avenir », a déclaré le premier secrétaire de Force montante congolaise.

Pour la jeunesse congolaise, « il n’apparait aucune contradiction de fond entre les participants au dialogue de Sibiti dont l’objectif était de permettre aux Congolais de choisir, dans l’équité et la transparence renforcée, ceux qui, demain, seront appelés à les représenter et les assises du dialogue alternatif de ceux qui sont opposés au changement de la constitution du 20 janvier 2002 », a-t-il fait observer.

« Il apparait dès lors que leur seul et unique problème n’est pas la constitution mais la personne de Denis Sassou N’Guesso qui, jusqu’ici, n’a jamais évoqué la question de sa candidature, à part sa volonté de doter le Congo des institutions qui s’adaptent au temps et aux opportunités, a-t-il expliqué.

Juste Bernardin Gavet a appelé le peuple à s’approprier son pouvoir souverain et demandé au président Denis Sassou N’guesso de convoquer le référendum afin d’arriver à une nouvelle République.

Par l’APA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils