Congo : Les « bébés noirs » seraient pour la plupart, des enfants de soldats

Des Bébés noirs a Brazzaville

Les bébés noirs – Image d’archive|DR

De nombreux congolais se demandaient, d’où les « bébés noirs « tireraient leur quasi impunité, car bien souvent libérés peu après leur arrestation. Les récentes altercations survenues à Dolisie entre des policiers et des militaires ont révélé l’étendue des soutiens dont bénéficient les « bébés noirs ».

Acculés et traqués, voire tués à Brazzaville et Pointe-Noire où ils font régner la terreur, de nombreux « bébés noirs », délinquants notoire ont trouvé refuge à Dolisie et continuent d’y semer la terreur à travers les braquages et autres attaques à mains armées, dépouillant et mutilant leurs victimes.

À Dolisie, les services de police qui ont décidé d’en découdre avec ces malfrats, ont vite été confrontés à un trafic d’influence quasiment institutionnalisé autour desdits « bébés noirs ».

Un policier, témoin de la scène raconte : « Ce qui est déplorable, c’est que malgré le fait que la police les arrête, ils sont relâchés quelques temps après, parce que la plus part sont des enfants des militaires qui font prévaloir l’esprit de corps. Quand ils sont déférés au tribunal les mêmes militaires vont négocier la libération de leur progéniture ».

Et de poursuivre : « L’illustration est bien patente à Dolisie où, il y a deux semaines des policiers en service à l’hôtel de police ont subit des menaces. D’autres se sont livrés à une bagarre ouverte avec certains militaires, du fait que les policiers avaient arrêtés ces délinquants, dont la plus part étaient enfants de militaires.

Ce fut un spectacle désolant. Les insultes et les altercations ont continué jusqu’au portail et au delà, devant les passants. Les militaires proféraient des menaces à l’endroit des policiers qui avaient arrêtés les délinquants et qui refusaient de les libérer », conclu t-il.

Avec Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

 

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
bébés noirsCongoDélinquanceenfants de soldats

Related Articles

Les tâcherons de la mairie de Brazzaville réclament trois mois d’impayés

C’est un pas que d’aucuns ont vite franchi, en regardant les images des tâcherons de la mairie de Brazzaville en

Affaire Moshen Hojeij – État congolais : Le compte du port autonome de Pointe-Noire bloqué à Paris

Dans le cadre de la bataille juridique qu’il a engagée contre l’Etat congolais pour tenter de recouvrer ses créances sur

Près de la moitié de la population congolaise vit dans la pauvreté

Le Fonds monétaire international (FMI) a indiqué, le 1er juin à Brazzaville, que près de la moitié de la population

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils