Congo : « Les Amis d’André Okombi Salissa » dénoncent les arrestations abusives de ses membres

Congo : « Les Amis d’André Okombi Salissa » dénoncent les arrestations abusives de ses membres

André Okombi

Ancien ministre de Sassou, André Okombi Salissa

Dans une déclaration rendue publique le 24 juillet à Brazzaville, le bureau exécutif de la plate-forme des associations « Les Amis d’André Okombi Salissa » a  révéler la vague d’arrestations abusives et injustifiées de ses militants  par la police après la cérémonie de sortie officielle organisée le 19 juillet.

 La déclaration a noté qu’au lendemain de cette activité,  trois responsables de cette plate-forme, à savoir Bertin Inko Gatsebé, Amona Ngambou et Patrice Laganny, ont été interpellés et arrêtés pendant quelques heures dans les locaux de la Direction générale de la police (DGPN). Ils ont été libérés, a précisé la déclaration, à la suite d’un sit-in organisé par les membres et militants de cette structure associative devant les locaux de la DGPN.

En outre, les membres de cette plate-forme ont dénoncé ces méthodes  d’intimidation qui sont contraires, ont-ils souligné,  aux principes universels de la démocratie. Ils ont, par ailleurs,  rappelé aux agents de la police que l’article 10 de la Constitution congolaise stipule : « Tout citoyen, tout agent de l’État est délié du devoir d’obéissance lorsque l’ordre reçu constitue une atteinte manifeste au respect des droits humains et des libertés publiques ».

La déclaration a précisé aux autorités congolaises que l’article 9 de la Constitution  dispose : « La liberté de la personne humaine est inviolable. Nul ne peut être arbitrairement accusé, arrêté ou détenu. Tout prévenu est présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité ait été établie à la suite d’une procédure lui garantissant les droits de la défense. Tout acte de torture, tout traitement cruel, inhumain ou dégradant est interdit ».

Par ailleurs, a relevé la déclaration, la plate-forme  des associations « Les Amis D’André Okombi Salissa »  soutient que la vitalité de la République demeure dans le respect des lois et règlements, de la sacralisation de l’alternance démocratique  et du droit à la différence politique.

Les membres de la plate-forme ont mis en garde les fossoyeurs de la République, et tous ceux qui veulent conduire à nouveau le Congo dans les conflits car, a martelé la déclaration, le peuple congolais n’a que trop souffert de leurs égoïsmes. Deux d’entre les trois membres interpellés et arrêtés ont fait des témoignages décrivant les différentes scènes de leur arrestation par la police.

© Adiac-Congo


Tags assigned to this article:
André Okombi SalissaCongo

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils