Congo – Législatives 2017 : Parfait Kolélas dans la tourmente

Congo – Législatives 2017 : Parfait Kolélas dans la tourmente

Président de l’Union des démocrates humanistes (Udh-Yuki), son parti créé le 20 mars 2016, Guy Brice Parfait Kolélas se lance dans la bataille des législatives en indépendant. Motif : son parti, Udh-Yuki ne jouit d’aucune personnalité juridique faute de récépissé. Donc, pas d’existence juridique.

La déclaration de création de l’Udh-Yuki avait été lue lors du premier congrès extraordinaire. Tout comme l’élection de Guy Brice Parfait Kolélas comme président de ce nouveau parti de l’opposition. Mais jusque-là, le parti est resté sans papiers. Or, la nouvelle loi électorale et les autres textes juridiques qui organisent la vie politique nationale excluent du processus électoral les « partis de fait ».

C’est le cas de l’Udh-Yuki. Devant cette évidence, et pour éviter de se marginaliser si jamais il ne pouvait se présenter aux législatives, Guy Brice Parfait Kolélas a sollicité de rencontrer le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation. Malgré son plaidoyer, la loi est tellement claire que le ministre n’a pu le sortir de l’impasse. Seule possibilité : aller aux élections comme indépendant. « Nous nous sommes entendus avec le ministre de l’Intérieur » avait-il dit ce jour-là.

Mauvais calculs ?

Considéré comme l’un des poids lourds de l’opposition réunie au sein de l’Idc-Frocad C3JM, Parfait Kolélas tisse du mauvais coton depuis qu’il avait quitté cette coalition. Sa tentative d’y retourner s’est heurtée à une fin de non-recevoir par les ténors dont Charles Zacharie Bowao et Claudine Munari. Il tente de ressortir la tête haute de cet échec en organisant « les plus grandes assises nationales de l’opposition congolaise après l’avènement de la nouvelle République ». Mais les autres qui avaient démarré les travaux préparatoires avec lui à Makélékélé se rendent compte que « le dernier employeur de Ntoumi avant les attaques du 4 avril à Brazzaville » est abondamment cité par les ninjas nsilulu arrêtés et qu’il veut se servir des autres. Son objectif : prendre le leadership de l’opposition.

Ici aussi les autres se rétractent et les travaux n’ont jamais avancé. D’où son rapprochement de l’Union pour la démocratie et la République de feu André Milongo, désormais entre les mains de son conseiller aux élections, le colonel à la retraite Guy Romain Kimfoussia. Les deux tentent de créer « un parti unifié dans le Pool » et avec l’ambition de « transformation de la Convention démocrates africains en une nouvelle plateforme politique ». Le projet est un fiasco.

C’est ainsi qu’il pense mettre sur pied l’Udh-Youki et abandonne la Codéha. L’ambition se concrétise le 20 mars passé. Cependant, les choses s’annoncent plus incertaines pour l’ancien ministre de la Fonction publique. En effet, la loi prévoit que le candidat siégeant reste en fonction à l’Assemblée nationale quand les circonstances ne permettent pas l’organisation des élections dans sa circonscription.

Candidat à Kinkala 1 où il affronte le président du Prl, le ministre Antoine Thomas Nicephore Fylla Saint Eudes et Miakazebi Christine du Pct, il serait donc reconduit au cas où l’élection connaîtrait un empêchement.

Ce qui semble incertain dans le district de Kinkala. Mais il ne pourrait pas aussi en être ainsi car Parfait Kolélas n’étant plus au Mcddi au nom duquel il a été élu en 2012, le siège reviendrait donc au parti. Dans ce cas, le scrutin est obligatoire.

Avec 242infosnet


Tags assigned to this article:
CongoLégislatives 2017Parfait Kolélas

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils