home Politique Congo : Le Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir) réclame l’arrestation du pasteur Ntoumi et ses acolytes

Congo : Le Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir) réclame l’arrestation du pasteur Ntoumi et ses acolytes

Suite aux attaques armées perpétrées la nuit du 17 avril, contre un détachement militaire posté à Moulila, un village proche de Kindamba, par les Ninjas Nsiloulou, tuant plusieurs personnes, le secrétariat permanent du bureau politique du Parti congolais du travail (PCT) a rendu publique, le 19 avril à Brazzaville, une déclaration dans laquelle il  invite le gouvernement à mettre hors d’état de nuire le Pasteur Ntoumi et ses éléments.

Dans la nuit du 17 au 18 avril dernier, les Ninjas Nsiloulou, sous le commandement de Frédéric Bintsamou alias Pasteur Ntoumi, ont attaqué un détachement militaire déployé dans la zone.

Très active, la réaction de la force publique ne s’est pas fait attendre. Ce qui a déclenché spontanément un vif échange de tirs, qui, d’après le communiqué du PCT, a coûté la vie à plusieurs personnes, tant du côté des assaillants que dans les rangs des éléments de la force publique.

Le  communiqué ne précise pas le nombre de personnes tuées, encore moins celui des blessées enregistrés à l’issue de cet accrochage armé, s’indignant toutefois de cette « barbarie récurrente » dans le département du Pool.

A cet effet, le PCT interpelle le gouvernement afin qu’il mette tout en œuvre pour barrer définitivement la voie à ces gangsters, qui depuis un an déjà, ne cessent de semer terreur et désolation dans cette partie du pays.

« Une fois de plus, sans doute une fois de trop, les bandes armées de monsieur Frédéric Bintsamou alias Pasteur Ntoumi, ont encore endeuillé des familles congolaises. Soucieux du rétablissement de la sécurité et de la quiétude dans le département du Pool, le Parti congolais du travail invite le gouvernement à mettre hors d’état de nuire, le pasteur Ntoumi, ses bandes et leurs commanditaires », souligne la déclaration rendue publique par le porte-parole du PCT, Serge Michel Odzocki.

Rappelons que le 4 avril 2016, les Ninjas Nsiloulou avaient attaqué de manière coordonnée, les quartiers sud de Brazzaville, causant mort d’hommes et brûlant plusieurs édifices publics construits dans cette partie de la capitale.

Traqués par la force publique, ces gangs ainsi que leur chef Ntoumi se sont retranchés dans les forêts du Pool-sud. Depuis le tréfonds des collines et forêts où ils ont élu domicile, ces derniers commettent régulièrement des exactions de grande ampleur.

Pour tenter de mettre un terme à cette situation, afin de rétablir définitivement la paix et la sécurité dans ce département, un mandat d’arrêt avait été lancé contre le pasteur Ntoumi, leur chef. Hélas, l’homme demeure jusque-là introuvable, en dépit des moyens militaires déployés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils