Congo : Le Ministre Calixte Ganongo, à l’épreuve de la maitrise de la masse salariale

 

Calixte Ganongo, ministre congolais des Finances

Calixte Ganongo, ministre congolais des Finances. ©DR

Combien l’Etat congolais doit -il dépenser mensuellement pour assurer le paiement des salaires de son personnel civil, militaire et les budgets de transfert?


Certaines sources proches du ministère des finances avancent un chiffre voisin de 42 milliards de FCFA.  » Ce chiffre, confie une source proche du dossier, est instable tant certaines nominations auprès des services consulaires congolais à l’étranger et autres font souvent augmenter la masse salariale « . C’est donc une véritable prouesse que le ministre des finances, Calixte Ganongo, réussit chaque fin de mois pour honorer les charges incompressibles de l’Etat congolais, surtout salariales. 
Des agents publics de l’Etat, en service à l’intérieur du pays, se font parfois payer 20 jours après que leurs collègues de Brazzaville et Pointe-Noire ont été payés 35 jours plus tôt.


Un casse-tête chinois qui s’ explique par le gap financier dû à la dégringolade des cours du brut congolais, principale ressource budgétaire, mais aussi à la mauvaise gestion des recettes pétrolières pendant la période de vaches grasses. Depuis quelques temps, le pays ne compte que sur ses ressources internes propres pour « survivre ».

 

D’où la nécessité pour les pouvoirs publics d’engager une lutte farouche contre les gaspillages afin de soigner la qualité de la dépense publique.


La direction du trésor public vient de subir une petite cure. Reste le rétrécissement des émoluments des ministres, députés, sénateurs, membres du Conseil Économique et Social, Cour constitutionnelle, des représentations diplomatiques à l’étranger, de la pléthore de conseillers du Chef de l’Etat, Commission nationale des Droits de l’Homme, Commission de lutte contre la concussion et la fraude, Observatoire anti corruption, Cour des Comptes et de Discipline Budgétaire, Conseil supérieur de la liberté de communication(…), la mise entre parenthèses de la pléthore d’institutions (Conseil des Sages, des Femmes, de la Jeunesse, des personnes vivant avec handicap … ) que contient la nouvelle constitution, la centralisation des menues recettes de l’Etat au trésor public(taxes touristiques, forestières, minières… ).

Par Alphonse Ndongo

 

 

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
Calixte GanongoCongomasse salariale

Related Articles

Le diplomate français Bertrand Cochery a présenté sa lettre de créance au Président Sassou

Les nouveaux ambassadeurs de ces pays au Congo, notamment: Chailert Limsomboon de Thaïlande, Mohamed Benattou d’Algérie, Bertrand Cochery de France,

Congo : le nouvel ambassadeur des Etats-Unis s’engage à raffermir l’axe Brazzaville-Washington

Le président de la République, Denis Sassou N’Guesso, s’est entretenu jeudi au Palais du peuple avec le nouvel ambassadeur des

Parfait Kolélas : «On ne peut pas rejeter d’un coup la Constitution qui a servi pendant 14 ans»

L’ancien ministre congolais, Parfait Kolélas assigné à résidence pour avoir décidé de s’opposer au changement de constitution au Congo Brazzaville,

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils