Congo : Le groupe Bolloré maintient intact ses ambitions de modernisation du terminal à conteneurs de Pointe Noire

Congo : Le groupe Bolloré maintient intact ses ambitions de modernisation du terminal à conteneurs de Pointe Noire

Lors d’une séance de travail avec la presse au port autonome de Pointe-Noire, où la modernisation des installations portuaires est visible, le directeur général de Congo terminal (filiale de Bolloré Ports) Laurent Palayer a laissé entendre que l’ambition de son groupe à doter le port autonome de Pointe-Noire d’un terminal à conteneurs moderne, compétitif et attractif demeurait intacte et ce depuis 2009.

Près de 240 milliards de franc cfa d’investissements sur un projet global de 350 milliards ont été déjà dépensés pour la réalisation de ce grand rêve de modernisation du terminal à conteneurs de Pointe-Noire dont la concession au groupe Bolloré par le gouvernement de la république du Congo a été attribuée en juin 2009 pour une durée de 27 ans.

Pour Laurent Palayer, directeur général de Congo terminal, son groupe a déjà réalisé les deux phases de travaux d’infrastructures  prévues, à savoir 1 km 500 de linéaires de quais disponible dont 270 mètres gagnés sur la mer. Les trois objectifs fixés se réalisent sans entrave :

  • Le premier étant l’amélioration des installations et infrastructures datant d’une quarantaine d’années par une remise à niveau générale de façon à rendre plus fluide la qualité de service. « De nos jours la réduction du temps de passage portuaire à induit automatiquement une réduction du coût de passage. Ce qui a un impact direct sur la population. Car le marché est plus fourni, les marchandises livrées plus vite à des prix abordables. » a-t-il souligné.
  • Le développement du trafic hinterland à destination du bassin du fleuve Congo et du trafic de transbordement vers les ports de la sous -région font partie des deux autres objectifs du groupe Bolloré qui aujourd’hui se félicite de la construction de la RN1 qui permet l’acheminement vers la RDC depuis 2016 des conteneurs à partir du port de Pointe-Noire.

La transformation du terminal à conteneurs est si remarquable que certains travailleurs louent le professionnalisme et la détermination du groupe Bolloré. Ce sont plus de 771 employés permanents à l’abri d’un plan de restructuration malgré la situation économique actuelle qui chaque jour s’attellent à exécuter dans les délais ce grand rêve de modernisation du port de Pointe-Noire.

L’allongement de la digue extérieure et la construction d’un cavalier de protection, l’augmentation du tirant d’eau des quais à -16 contre les -13 existants en 2009 permet ainsi au port de Pointe Noire d’accueillir des navires porte-conteneurs d’une capacité de plus de 10000 TEUs.

Si aujourd’hui selon Pierre Bellerose, directeur de Bolloré Transports & Logistics pour les deux Congo, « Congo terminal est capable techniquement de livrer un conteneur aux clients 24 heures après c’est bien parce qu’un travail sérieux se fait.Congo terminal a par exemple, étendu les surfaces de stockage de 31 hectares exploitables sur le quai G,réhabilité 6 hectares au niveau du quai D,et dispose à ce jour de 33 hectares de stockage sur les 38 prévus ».

« Le travail qu’effectue le groupe Bolloré ici au port de Pointe-Noire est si impressionnant que j’ai parfois du mal à réaliser cette réalité » a confié un manutentionner sans doute ébloui par la mise en service des deux derniers portiques de quai en novembre 2016, et qui ont la particularité d’accueillir de porte conteneurs d’une taille supérieur à 16000 conteneurs  permettant ainsi à Congo terminal de tripler ses cadences.

Pour les dirigeants du groupe Bolloré au Congo, le port de Kribi au Cameroun, n’est pas une menace  pour le port autonome de Pointe-Noire. « L’Afrique a un besoin croissant d’infrastructures, les  Ports vont continuer à se développer, les consommations et les exportations vont continuer à s’accroître,  c’est une bonne chose pour le développement du continent » déclare Pierre Bellerose

La modernisation des installations du terminal à conteneurs a permis aussi de réduire par deux le temps de passage des navires,  passant de 27 à moins de 14 jours avec l’objectif de le réduire davantage de façon à concurrencer d’autres ports.

Grâce à ce déploiement at au sérieux dans l’application des investissements,plusieurs armateurs dont le leader mondial Maersk a décidé de consacrer Congo terminal comme sa plate-forme de transbordement de référence dans la sous- région.

Une aubaine pour les 771 employés permanents,300 journaliers et 400 employés indirects de Congo terminal de maintenir intact leur rêve à l’abri d’un licenciement.Pour le directeur général de Congo terminal Laurent Palayer « …en terme de ressources humaines,sa société n’entend procéder à aucun licenciement malgré la petite perte d’activités constatée l’année dernière,mais bien au contraire a effectué des recrutements assez importants pour pouvoir accompagner le déploiement de tous ses matériels,notamment en 2016 avec le recrutement de plus de 70 opérateurs RTG,40 chauffeurs de tugmaster et 20 opérateurs de portiques et de grues mobiles.Congo terminal entend revenir aux niveaux initiaux d’activités de 2015 et même aller au delà »

Il est à noter aussi que 99 % des effectifs de Congo terminal sont constitués des Congolais grâce à la volonté de la direction du groupe Bolloré Congo avec à sa tête Pierre Bellerose de valoriser les ressources humaines locales.

À LIRE AUSSI

> Port autonome de Pointe-Noire : Congo Terminal poursuit ses investissements avec l’acquisition de deux nouveaux portiques de quai


Tags assigned to this article:
CongoCongo Terminalgroupe BolloréPointe Noire

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils