Congo: le gouvernement fait le bilan des attaques

Congo: le gouvernement fait le bilan des attaques

La mairie de Makélékélé

La mairie de Makélékélé

Ce lundi, les Congolais ont vécu une nuit agitée. Des tirs à l’arme lourde ont résonné à Brazzaville, obligeant les populations à fuir. De son côté, le gouvernement n’indexe pas l’opposition qui avait appelé à une désobéissance civile après la réélection au premier tour de Denis Sassou Nguesso, mais précise que des édifices militaires et paramilitaires ont été incendiés.

«Ils (les assaillantes) ont attaqué la position militaire de Mayanga, ainsi que le commissariat central du Djoué, le commissariat de Police de l’arrondissement 1 Makélékélé, et les commissariats de police des quartiers Lemina et Kinsoundi », a affirmé le gouvernement dans un communiqué publié ce lundi 4 avril.

Dans la nuit de dimanche à lundi aux environs des trois heures du matin à Mayanga, l’un des quartiers sud de Brazzaville, des tirs nourris à l’arme automatique émaillés de détonations à l’arme lourde ont été entendus. Selon le Gouvernement, la position militaire de Mayanga, les commissariats central du Djoué, de Police de l’arrondissement 1 Makélékélé, des quartiers Lemina et Kinsoundi et la Mairie de Makélékélé, ont été incendiés. Les autorités congolaises affirment que les attaques s’apparentent à une véritable action terroriste.

Selon le communiqué, la situation ainsi créée est gérée par la Force Publique, qui est en train de rétablir l’ordre. Pour le gouvernement, cette situation est consécutive à l’élection présidentielle du 20 Mars 2016.  

En l’état actuel des choses, souligne le communiqué, le Gouvernement n’a pas encore la preuve que des candidats, ou leurs soutiens soient impliqués dans cette affaire.  Les autorités promettent de communiquer davantage.


No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils