Congo : le gouvernement dément les rumeurs sur une éventuelle attaque à la capitale

Congo : le gouvernement dément les rumeurs sur une éventuelle attaque à la capitale

Le gouvernement congolais a démenti samedi les rumeurs véhiculées ces derniers jours sur les réseaux sociaux, invitant les populations à fuir Brazzaville à cause d’une éventuelle attaque des miliciens ninjas Nsiloulous du chef rebelle Frederick Bintsamou, alias pasteur Ntoumi sur la ville capitale.

Ce démenti a été apporté par le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Thierry Moungalla, qui a, dans une déclaration radiodiffusée, appelé la population de Brazzaville ainsi que de ses environs, à ne pas céder à la panique et à vaquer librement à ses occupations car, l’Etat a mis tout en œuvre pour assurer la sécurité des personnes et des biens.

« Je voudrais attirer l’attention de nos compatriotes et rassurer l’opinion nationale et internationale sur le fait que les éléments stratégiques et opérationnelles qui sont en la possession du gouvernement, n’impliquent aucunement une psychose dans notre pays », a-t-il affirmé dans sa déclaration.

« Il n’y a rien qui justifie cette psychose, la situation du pays de manière globale et générale est sous le contrôle du gouvernement de la République pour le compte de l’Etat, il n’y a donc pas lieu de paniquer ni de sortir les choses qui relèvent des fantasmes qui viennent des réseaux sociaux », a-t-il indiqué.

Pour le porte-parole du gouvernement, il s’agit là des pires travers des réseaux sociaux qui véhiculent la plupart du temps des informations souvent erronées car, « une information diffusée par les réseaux sociaux a malheureusement beaucoup de risque d’être totalement inexacte et parfois totalement mensongère, voir totalement fantaisiste ».

Le département du Pool connaît depuis un certain temps, une situation d’insécurité dans certaines localités, due essentiellement aux nombreuses incursions de types criminels de la part des miliciens Ninjas Nsiloulous du pasteur Ntoumi qui commettent des exactions. Pourchassés par la force publique depuis les événements postélectoraux qu’a connus Brazzaville en avril 2016, ces miliciens se sont retranchés dans certaines localités du Pool situées dans leur zone d’influence, où ils violent des femmes, pillent des biens et tuent des populations.

Récemment encore, ils ont attaqué sur la route nationale 1, trois bus de transport des passagers en provenance de Brazzaville pour Pointe-Noire, la capitale économique. Cette énième incursion des « Ninjas Nsiloulous » sur la route nationale 1, reliant Brazzaville à Pointe-Noire, en passant certaines localités du Pool, a causé la mort de trois agents de la force publique se trouvant à bord de l’un des véhicules, occasionné le viol de deux jeunes filles et entrainé un profond traumatisme de l’ensemble des passagers.

Avec Xinhua

 



No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils