Congo : Le gouvernement annonce des réformes contre la « corruption »

Congo : Le gouvernement annonce des réformes contre la « corruption »

Le président congolais Denis Sassou N'Guesso

Le président congolais Denis Sassou N’Guesso

Le gouvernement congolais envisage des réformes pour lutter contre la corruption, la concussion et la fraude, des fléaux qui mettent à mal son développement économique et même sociale.

« L’éthique sociale, dans des pays en transition systématique comme le Congo, ne peut s’obliger à la carte et s’accommoder de l’impunité et de l’insouciance », a déclaré vendredi le Premier ministre congolais, Clémemnt Mouamba qui présentait le programme d’action du gouvernement devant l’Assemblée nationale.

Se basant, en effet, sur le déficit d’éthique sociale constaté dans le pays, en dépit des organes de contrôle existant (observatoire anti-corruption et la commission nationale de lutte contre la concussion et la fraude, le chef du gouvernement congolais entend réformer ses organes pour mettre un terme à ce qu’il qualifie de « cancers des sociétés modernes ».

« J’ai décidé de les réformer en visant à la fois l’efficacité et la centralité. Ainsi, devraient être structurées la dissuasion et la répression afin de dépasser le stade initial auquel se trouve encore la lutte contre la corruption », a-t-il indiqué.

« Polciers, douaniers, fonctionnaires des impôts, employés des mairies, infirmiers de l’hôpital…Tous réclament des backchiches. Le chef de l’Etat condamne, le directeur de la police se fâche… », peut-on lire dans un article publié en octobre 2014 sur le site internet officil de la Commission nationale congolaise de lutte contre la corruption, la concussion et la fraude.


Tags assigned to this article:
CongoCorruption

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils