Congo :  » Le génocide des laris au Congo  » interdit d’entrée dans le territoire national

Aimé Ange Wilfrid et Thierry Moungalla

Aimé Ange Wilfrid Bininga, ministre de la Justice, des droits humains et le ministre chargé de la Communication et des médias, porte-parole du gouvernement, Thierry Moungalla

Le gouvernement vient d’interdire l’entrée, la circulation, la distribution et la mise en vente sur le sol congolais de l’ouvrage de Dominique Kounkou, paru en septembre dernier aux éditions L’Harmattan à Paris, en France.

L’interdiction a été annoncée par un arrêté daté du 22 septembre, cosigné par les ministres en charge de l’Intérieur, Raymond Zéphirin Mboulou, et de la Justice, Aimé Ange Wilfrid Bininga.

L’ouvrage de Dominique Kounkou compte cent vingt pages et parle d’un « génocide des peuples laris » de 1963 à ce jour. Il s’agit d’« une ineptie », a indiqué le ministre Bininga qui précise que le pays a connu des problèmes mais « aucune fois, il n’a jamais été question de génocide au Congo ».

Selon lui, la République du Congo a adhéré à des mécanismes internationaux et régionaux de promotion et de protection des droits de l’homme. « Il s’agit des allégations graves », a lancé Aimé Ange Wilfrid Bininga.

Il s’exprimait lors d’un point de presse conjoint avec le ministre chargé de la Communication et des médias, porte-parole du gouvernement, Thierry Moungalla, qui a épilogué sur la définition du vocable « génocide ».

C’est un « génocide imaginaire conçu par M. Kounkou qui transforme les fake news en vérité scientifique et historique », a-t-il dit.

Le ministre de la Communication a, en outre, expliqué qu’« un génocide est un crime qui consiste en l’élimination physique, intentionnelle, totale, partielle d’un groupe national ethnique… ».

Le génocide suppose une entente concertée entre les auteurs et co-auteurs de l’extermination d’un groupe de personnes, a-t-il poursuivi, soulignant au passage que l’ouvrage de Dominique Kounkou est illustré par des photos des accidents survenus au Ghana et dans d’autres pays d’Afrique.

Christian Brice Elion 

Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale



Related Articles

Les deux Congo signent un accord de lutte anti-braconnage

Kinshasa et Brazzaville ont signé, vendredi dans la capitale de la RD Congo, un protocole d’accord de lutte anti-braconnage dans

13 ministres des affaires étrangères à Brazzaville ce mardi 17 octobre discuteront notamment de la crise en RDC

13 ministres des affaires étrangères se réuniront à Brazzaville le 17 octobre 2017, soit deux jours avant la rencontre des Chefs

Congo – Devoir de mémoire : le cardinal Émile Biayenda et le président Alphonse Massamba-Débat : 38 ans après leur mort

Le 22 mars 1977, l’archevêque de Brazzaville, le cardinal Émile Biayenda a été assassiné. Trois jours plus tard, le président

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils