Congo : La vente du pain et des produits de la pâtisserie soumise à une nouvelle réglementation

Adèle Banzouzi en train de vendre son pain au marché du Château d’eau, dans le quartier Ngangouoni de Makélékélé. Photo Franck Bitemo/Banque mondiale

Les consommateurs interprètent diversement l’arrêté du ministre en charge du Commerce, Claude Alphonse Nsilou, réglementant la commercialisation du pain et des produits de pâtisserie en République du Congo.

Selon le texte, « le transport pour la livraison et la vente du pain et des produits de pâtisserie sont exclusivement réservés aux personnes physiques de nationalité congolaise ».

Nulle part, il évoque l’interdiction aux étrangers de procéder à la fabrication du pain et des produits de pâtisserie sur le sol congolais, comme l’interprètent malencontreusement certains consommateurs. 

Le pain fait partie des aliments les plus prisés dans les grandes agglomérations du pays. Depuis un certain temps, le transport et la vente de cette denrée alimentaire sont effectués dans les conditions précaires.

« Le pain est mis dans les conditionnements non commodes et vendu parfois à même le sol. L’on se sert des motos et des moyens inadaptés pour le transporter. Ces pratiques exposent les consommateurs aux maladies liées au manque d’hygiène », déplore un consommateur du pain.

L’arrêté du ministre du Commerce commande que le pain et les produits de la pâtisserie soient mis à l’abri des mauvaises conditions d’hygiène. Il interdit également l’usage des véhicules de transport en commun ou d’autres moyens non adaptés pour en assurer la livraison aux vendeurs. 

« Toute infraction aux dispositions du présent arrêté sera sanctionnée conformément aux textes en vigueur », prévient le texte du gouvernement.

Les unités de production du pain sont en majorité tenues par les ressortissants étrangers. Certains d’entre eux font travailler leurs employés, parmi lesquels les Congolais, au mépris des dispositions du code du travail.

Selon le secrétaire exécutif de l’Observatoire congolais des droits des consommateurs, Mermans Babounga, la réaction du ministère du Commerce arrive un peu tardivement.

« C’est bien mais, ce n’est pas assez. Il fallait traiter cette restriction dans sa globalité car, la chaîne de distribution et de vente de plusieurs produits se trouve entre les mains des étrangers. En plus, il serait mieux de les consulter pour éviter toute interprétation xénophobe », dit-il.

D’après lui, les Congolais attendent toujours la publication des textes d’application sur l’exercice du commerce et la loi sur la protection des consommateurs.

Christian Brice Elion 

Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale


Tags assigned to this article:
Congopainpâtisserievente

Related Articles

Congo : les journalistes sensibilisés aux réseaux sociaux

L’Agence de régulation des postes et communications électroniques (Arpce) dirigée par Yves Castanou, a organisé du 24 au 25 mai

Congo : le développement économique passera par l’agriculture, selon l’économiste Léon Mayeko

  Léon Mayeko, Maître assistant à la faculté des sciences économiques de l’université Marien-Ngouabi de Brazzaville, propose le développement de

L’Union africaine confie au Congo la gestion du nœud Internet d’Afrique centrale

L’Union africaine (UA) et le Congo ont signé vendredi à Brazzaville, un accord pour la transformation du point d’échange Internet

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils