home Brazzaville, Congo Congo : La représentante de l’Union Européenne à Brazzaville déclarée persona non grata

Congo : La représentante de l’Union Européenne à Brazzaville déclarée persona non grata

Le ministre congolais des Affaires étrangères Jean Claude Gakosso
Le ministre congolais des Affaires étrangères Jean Claude Gakosso

Saskia De Lang, la cheffe de la délégation de l’Union Européenne au Congo n’est plus en odeur de sainteté avec le pouvoir de Denis Sassou Nguesso. La diplomate européenne est déclarée persona non grata par les autorités de Brazzaville qui ont engagé une démarche auprès de l’Union européenne pour solliciter son rappel.

Le gouvernement congolais a laissé entendre mardi qu’il a engagé une démarche auprès de l’Union européenne pour solliciter le rappel de Saskia De Lang, cheffe de mission au Congo. Il est reproché à la diplomate d’être arrogante et de mépriser les dirigeants du pays d’accueil.

A l’Union européenne, on reconnaît que l’institution a été régulièrement saisie par le ministère des Affaires étrangères du Congo à cet effet.

«Le gouvernement de la République du Congo a observé de la part de Madame Saskia De Lang, un activisme contraire à l’esprit et à la lettre de la Convention de Vienne qui régit les relations diplomatiques entre les États», accuse le pouvoir de Denis Sassou Nguesso dans une note verbale adressé à l’Union européenne.

Pour preuve, le gouvernement congolais a évoqué certains faits et gestes qu’il reproche à la diplomate européenne. Au nombre de ceux-ci: la lettre du 29 mars 2016, adressée à la Cour constitutionnelle du Congo à travers laquelle elle exige d’être reçue dans les plus « brefs délais » tout en intimant l’ordre que sa requête soit « prise en considération dans les 48 heures ».

Jean-Claude Gakosso, le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération et des Congolais de l’étranger a estimé que ce comportement est incompatible avec le serment pris par chacun des membres de la Cour Constitutionnelle.

D’ailleurs, la représentante de l’UE au Congo n’a pas été invitée à la communication organisée récemment par le ministre congolais des Affaires étrangères, Jean-Claude Gakosso à l’endroit des représentations diplomatiques en poste au Congo, sur la situation politique dans le pays et dans le Pool (sud). Ceci en raison de sa désapprobation par le gouvernement congolais. 

« Lorsque le comportement d’un diplomate lèse le pays hôte, celui-ci est dans son droit de solliciter son rappel afin de sauver les relations avec son partenaire. Et c’est ce que nous avons fait », a indiqué le chef de la diplomatie congolaise.

Le ministre congolais des Affaires étrangères justifie la démarche par l’article 9 de la Convention de Vienne de 1961.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils