Congo : la note dégradée en catégorie « risque exceptionnellement élevé »

Congo : la note dégradée en catégorie « risque exceptionnellement élevé »

L’agence de notation Fitch a brutalement abaissé la note de crédit de la République du Congo, basculée dans la catégorie des obligations comportant un « risque de crédit exceptionnellement élevé ». Explications.

Dans un communiqué publié dans la soirée du jeudi 28 juillet, à la clôture des marchés financiers européens, l’agence de notation Fitch a abaissé de plusieurs crans la note souveraine de long terme du Congo-Brazzaville sur ses obligations en monnaie étrangère et locale.

Risque élevé

La note du pays est passée de « B », dans la catégorie des obligations dites « hautement spéculatives », à « C », une catégorie située plusieurs échelons en-dessous et réservée aux obligations comportant un « risque de crédit exceptionnellement élevé ».

Cette décision intervient après que Brazzaville a raté un paiement le 30 juin dernier sur le principal et l’intérêt de son eurobond de 478 millions de dollars émis en 2007, dans le cadre de la restructuration de sa dette commerciale vis-à-vis du Club de Londres (créanciers privés du pays).

Cet emprunt a une maturité de 22 ans – il arrive à échéance en juin 2029 – et comporte un taux de 2,5 % à 4 % par an au cours des dix premières années, puis de 6 % après la dixième année.

Les raisons pour lesquelles le paiement attendu n’a pas été effectué sont pour l’instant inconnues.

Période de grâce

Brazzaville dispose d’une période de grâce de 30 jours – qui s’achève donc le samedi 30 juillet – pour procéder à ce paiement. Sans quoi, la note du pays sera dégradée en catégorie « D », celle des pays en défaut de paiement.

La décision de l’agence britannique intervient en rupture du calendrier d’évaluation de la note du pays. La prochaine revue de la notation du Congo-Brazzaville était prévue en septembre prochain.

©JA


Tags assigned to this article:
Congo

1 comment

Write a comment
  1. JDM
    JDM 29 juillet, 2016, 13:56

    Allons seulement, busa busa.

    Reply this comment

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils