Congo : la Banque mondiale entend poursuivre son appui aux priorités du gouvernement

Congo : la Banque mondiale entend poursuivre son appui aux priorités du gouvernement

Le représentant résident de la Banque mondiale au Congo, Djibrilla Issa

Le représentant résident de la Banque mondiale au Congo, Djibrilla Issa

Le représentant résident de la Banque mondiale au Congo, Djibrilla Issa, a indiqué mercredi au cours d’une conférence de presse à Brazzaville, que son institution entend poursuivre ses activités dans le cadre de son appui aux priorités du gouvernement.

« Notre cadre de partenariat actuel court de 2012 à 2016, là nous allons nous engager avec tous les changements institutionnels et les nouvelles priorités du gouvernement pour que nous puissions discuter et voir comment est ce que nous allons appuyer le gouvernement », a déclaré M. Djibrilla à cette occasion.

« Nous avons déjà entamé des discussions pour préparer notre prochain cadre de partenariat pour appuyer le gouvernement de la république du Congo. Mais cela se fera naturellement en accord avec les priorités que le gouvernement aura, et nous viendrons donc en appui aux priorités du gouvernement », a-t-il précisé.

Expliquant le cadre de coopération avec le Congo, Djibrilla a indiqué que le programme d’appui de la Banque mondiale au Congo, s’inscrit dans le cadre d’un partenariat stratégique élaboré sur la base de la vision et des priorités des autorités congolaises inscrites dans le plan national de développement (2012 à 2016) et couvrant l’ensemble des secteurs sociaux de base.

« Nous travaillons sur un cadre de partenariat stratégique, défini sur la base des priorités du gouvernement, comme partenaire technique, nous réfléchissons avec les autorités de nos pays membres pour générer un capital intellectuel, donc les études et les analyses que nous partageons et discutons », a-t-il soutenu.

Face au contexte économique mondial caractérisé par la baisse des cours des matières premières, le représentant de la banque mondiale a souligné la nécessité pour le Congo de définir des réformes économiques susceptibles d’absorber les effets de la crise et d’assurer une bonne relance économique.

« Le Congo a un potentiel énorme, je pense qu’Il faudrait juste identifier ce potentiel, consacrer des investissements massifs dans des zones qui ont un très fort potentiel et surtout des investissements qui sont productifs », a suggéré M. Djibrilla avant d’appeler à la diversification de l’économie congolaise, pour libérer le potentiel du secteur privé.

« Un secteur qui est porteur au Congo de notre point de vue c’est l’agriculture, et nous pensons que le Congo peut en même temps développer l’agriculture familiale mais aussi développer l’agriculture commerciale », a plaidé le fonctionnaire de la Banque mondiale.

Le portefeuille de la Banque mondiale au Congo est composé de 12 projets d’un montant global de 766 millions de dollars, financés à 60% par le gouvernement et 40% par la BM.

Tous ces 12 projets couvrent les trois piliers du cadre de partenariat tratégique Banque mondiale-Congo que sont, la compétitivité-emploi, l’appui aux secteurs sociaux de base, et le renforcement des capacités des institutions publiques, en vue d’améliorer leur efficacité.


Tags assigned to this article:
Banque mondialeCongoDjibrilla Issa

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils