Congo – Justice : Le procès contre André Okombi Salissa s’ouvre le 30 novembre à Brazzaville

Le 27 février à Brazzaville, André Okombi Salissa

Une assignation du greffier en chef du tribunal de grande instance de Brazzaville, datée du 6 novembre et rendue publique ces dernières 24 heures, fixe au 30 novembre, le renvoi de André Okombi Salissa devant les juges.

Dans cette affaire, l’accusation est soutenue par « le ministère public et l’État congolais, pris en la personne de monsieur le Ministre de la Justice, des droits humains, chargé de la promotion des peuples autochtones », peut-on lire sur ladite assignation.

André Okombi Salissa est poursuivi pour le « crime d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État et détention illégale d’armes et de munitions de guerre ».

Pour sa défense, « l’enfant terrible du front 400 » s’est entouré d’une batterie d’avocats, notamment maîtres Bounkouta Diallo, Ludovic Essou, Alexis-Vincent Gomez, Alphonse Mitoumbi-Ondzibou et Yvon Ibouanga.

Ces avocats qui ont toujours souhaité ce procès, entendent y « démontrer la nullité d’une accusation qui ne serait qu’une machination ourdie contre leur client ».

Naguère à la majorité présidentielle où il avait successivement occupé des postes de ministre, André Okombi Salissa était entré en quasi rébellion avec sa plate-forme politique, avant de rejoindre l’opposition, puis se présenter comme candidat à la présidentielle de 2016.

Alors député de Lékana, il s’était farouchement opposé à la révision de la constitution qui permettait au président Denis Sassou N’Guesso de pouvoir se présenter à nouveau comme candidat à la présidence de la république.

Après des mois de clandestinité, André Okombi Salissa avait été arrêté à l’aube du 10 janvier 2017 dans un quartier périphérique de Brazzaville.

Bertrand BOUKAKA 

Les Échos du Congo-Brazzaville

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
André Okombi SalissaCongoJustice

Related Articles

Congo : Claudine Munari liste les maux du pays

Figure de proue de la fédération de l’opposition congolaise, Claudine Munari, présidente du MUST, est sortie de sa réserve, en

Présidentielle au Congo : les membres de la CNEI nommés par décret présidentiel

Le président de la République, Denis Sassou N’Guesso, a signé le 17 février à Brazzaville le décret portant nomination des

Congo : Enième piquet judiciaire de Pierre Mabiala contre Ntumi

On craint que le ministre de la Justice Pierre Mabiala ne s’attaque au pasteur Ntumi, pour lui demander les comptes

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils