Congo – Justice : Jean Marie Michel Mokoko sera bien face aux juges

Jean-Marie Michel Mokoko, lundi 7 mars 2016, à l’hôtel Olympic Palace, à Brazzaville

La chambre d’accusation à décidé le 12 avril à Brazzaville, de renvoyer Jean Marie Michel Mokoko devant la cour criminelle pour être jugé pour atteinte à la sûreté de l’État, détention illégale des armes de guerre et incitation au trouble à l’ordre public.

Ils demandaient que la loi s’applique à son cas en tant que Grand Officier de l’ordre du mérite congolais au vu des décrets N° 86-1044 du 17-11-1986 et N° 2001-179 du 10-4-2001 qui lui confèrent l’immunité juridictionnelle. Les avocats de Jean Marie Michel Mokoko avaient fait de leur requête un débat de procédure, une exception en nullité pour l’exemption de leur client à comparaître devant la cour criminelle. Cette première bataille est à l’évidence perdue.

Jean Marie Michel Mokoko est désormais renvoyé devant la cour criminelle, siégeant actuellement à Brazzaville, pour y répondre des chefs d’atteinte à la sûreté de l’État, détention illégale des armes de guerre et incitation au trouble à l’ordre public.

Il y a quelques jours, les avocats de Jean Marie Michel Mokoko avaient, dans une autre tentative d’obstruction, rappelé au Président de la Chambre d’Accusation la position de leur client consignée dans une lettre manuscrite en ces termes : »Au vu des errements émaillant la procédure à laquelle je suis soumis, aucun magistrat ne pourrait faire montre ni d’Honnêteté ni de Courage pour arrêter l’Injustice dont je suis victime. Je ne me porterais donc pas caution d’une parodie de justice que la Jurisprudence qui en déroulerait et dont je me serais fait le complice, étonnerait même les étudiants en première année de Droit. « 

Reste à savoir, quelle sera l’attitude du général Mokoko devant la cour dont il récuse d’emblée le caractère impartial.

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
CongoJean Marie Michel MokokoJustice

Related Articles

Congo : Une enquA?te sur un A�ventuel trafic de passeports diplomatiques A� Brazzaville

Les services de renseignement sont, depuis deux semaines, dans une enquA?te de trafic de passeports diplomatiques au MinistA?re des affaires

Congo-Brazzaville : «L’étoile pâlissante de Jean-Jacques Bouya»

Tel est le titre d’un article publié le 22 novembre 2017 par La Lettre du Continent qui distille toujours des

Dérapages sanitaires au Congo : la fermeture des cabinets illégaux est imminente

90% des structures sanitaires privées ne remplissent pas les conditions d’exercice libéral de la médecine au Congo. Les délais qui

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils